CHINE: FOREST CITY, LA VILLE EN VERT

La première ville-forêt sera chinoise!

Qui n’a jamais rêvé de vivre au milieu des bois? Alliant pleine nature et technologie de pointe, le rêve est en passe de devenir réalité pour les 30’000 futurs habitants de Forest City, une ville forêt autosuffisante située à Liuzhou, dans la province du Guangxi (Sud de la Chine). Remise des clés en 2020!

Liuzhou se met au vert

Conçue par le bureau d’architecture italien Stefano Boeri Architetti, la cité forêt s’érige sous la forme d’éléments pyramidaux vitrés, structures organiques faites d’appartements terrasses, piquées d’une foultitude de balcons destinés à accueillir la végétation. Au total, le complexe, vaste de 175 hectares, sera recouvert d’un million de plantes d’une centaine d’espèces différentes et de 40’000 arbres qui, d’une part produiront 900 tonnes d’oxygène par année, et de l’autre, absorberont environ 57 tonnes de polluants divers et près de 10’000 tonnes de CO2 par an. De quoi largement compenser les émissions de ses 30’000 habitants.

Après les tours végétales de Nanjing, l’hôtel-forêt de Guizhou ou encore le projet de reforestation de Milan, Stefano Boeri signe ici un nouveau chef-d’œuvre de cohabitation Homme-Nature.

Inspiration… expiration!

Véritable poumon vert dans un pays qui consomme plus de 4 milliards de tonnes de charbon par an pour couvrir 65% des besoins énergétiques, Liyzhou Forest City est, en quelque sorte, le village témoin de la transition écologique voulue par la Chine. Rappelons que Pékin s’est engagée à plafonner ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et que le pays mise beaucoup sur l’innovation pour atteindre ses objectifs.

Voulue comme une sorte de gros purificateur d’air, la cité sera également autonome et alimentée en énergies renouvelables, géothermie et solaire notamment. Elle comprendra évidemment de nombreux parcs, mais également des commerces, deux écoles ainsi qu’un hôpital, et sera connectée aux autres régions par une ligne ferroviaire dernier cri destinée à véhiculer les voitures électriques à la vitesse grand V, pour économiser leur batterie sur les trajets extra-urbains.

On se prend alors à rêver de voir les cités dortoirs remplacées par ces villes vertes, où bien-être de l’humain et respect de la nature ne font qu’un. Reste à savoir si les loyers ne seront pas discriminatoires. Premier état des lieux prévu pour 2020.

Leïla Rölli

Photos: Stefano Boeri Architetti