DES BÂTONNETS GLACÉS À L’EAU POLLUÉE

Taïwan: des étudiants en design créent des glaces pour sonner l'alerte!

La pollution de l’eau prend différentes formes. On a tous vu, de nos propres yeux ou à travers les médias, ces plages dépotoirs où de nombreux emballages et résidus de notre civilisation s’entrechoquent au gré des courants.

Qui n’a pas assisté, au moins une fois aux infos, à la fuite de produits chimiques dans une cours d’eau? Aux images de milliers de poissons morts mystérieusement? Au drame des rivages englués par le pétrole? Et puis… il y a l’invisible. Les fragments de plastique microscopiques qui se confondent avec le sable et empoissonnent les fonds marins, les pesticides et autres perturbateurs endocriniens qui pullulent dans l’eau que nous buvons tous les jours et avec laquelle nous cuisinons.

En Chine, la conscience écologique prend de d’ampleur et nombreux sont les initiatives qui visent à réduire l’impact de « l’Empire du milieu » mais également à informer la population. Exemple: ce projet artistique, aussi ludique qu’inquiétant, de glaces à l’eau d’un genre particulier.

Pour sensibiliser la population à la problématique de la pollution de l’eau, trois étudiants de l’université nationale des Arts de Taïwan ont effectué des prélèvements d’eau polluée dans 100 endroits différents à Taïwan et les ont transformé en autant de glaces à l’eau… qu’on vous déconseille vivement de gouter!

Le projet, intitulé « Polluted water popsicles » et présenté au prestigieux « Young Pin Design Award », met en scène les divers résidus de plastiques et teintes inquiétantes de l’eau récoltée sur l’île chinoise. Pour préserver les échantillons d’eau congelée et pouvoir les présenter au public, ils ont été traités avec une résine spéciale qui les empêche de fondre.

Accompagnées d’emballages chatoyants sur lequel est noté leur provenance, les friandises pourraient presque paraitre appétissantes, mais le résultat n’en est pas moins… glaçant!

Rapidement devenu viral, la vidéo de présentation de « Polluted water popsicles » a déjà dépassé les 1,75 millions de vues. Espérons qu’elle permettra de changer les comportements, à Taïwan et ailleurs dans le monde!

Leïla Rölli

CHINE: FOREST CITY, LA VILLE EN VERT