UNE PRATIQUE INSOLITE ET ÉCOLOGIQUE

4380 litres d'eau économisés par personne et par an!

L’idée n’est pas nouvelle, mais ça ne fait pas de mal de la ressortir de temps en temps: uriner sous la douche, c’est bon pour l’environnement!

Pourquoi ça? Parce que cette pratique pas très ragoutante de prime abord, permet à elle seule d’économiser des milliers de litres d’eau potable par personne, si elle est adoptée tout au long de l’année.

Sous nos latitudes, seul 1% de l’eau utilisée par un ménage est destinée à être bue, contre 60% pour l’hygiène, douches, bains et entretien de la maison.

« Nous urinons dans une eau potable et achetons de l’eau en bouteille, encore une aberration de notre société de consommation. »

Heureusement, les chasses d’eau récentes permettent de réduire un peu ce gâchis grâce au système à deux débits, mais pour le modèle à bouton unique, ce sont généralement 8 à 12 litres d’eau qui servent à rincer un malheureux pisson. On est clairement dans l’exagération!

Une campagne brésilienne

En 2009, l’ONG SOS Mata Atlântica lançait une grande campagne visant à encourager les citoyens à arroser leurs orteils sous la douche chaque matin. L’association expliquait que si chaque personne tirait la chasse une fois de moins par jour, jusqu’à 4380 litres seraient économisés par habitant et par an.

L’organisation visait à démontrer que chacun pouvait aider à la sauvegarde de la forêt atlantique, détruite à plus de 90% par l’Homme et ses monocultures de canne à sucre et de café, et souffrant de la saison sèche.

Si vous parlez le portugais, faites-vous plaisir avec Xixi no Banho (Pipi dans la douche):

Conseils pipi dans les Uni’

En 2014, sur l’impulsion de deux étudiants, Chris Dobson et de Debs Torr (photo ci-dessous), l’Université East Anglia de Norwich au Royaume-Uni, proposait à ses 15’000 membres d’uriner sous la douche via sa campagne Go With The Flow. D’après les deux instigateurs du mouvement, si tous les étudiants se prêtaient au jeu, le campus économiserait l’équivalent de 26 piscines olympique par année, un volume non négligeable pour cette bourgade moins sujette aux précipitations que le reste du pays.

Chris Dobson et Debs Torr de « Go For The Flow » en partance pour l’Amazonie.

Uriner sous la douche, le concept vous rebute? D’après les défenseurs de cette pratique, il n’y a aucun risque de mauvaises odeurs ou de prolifération de bactéries, puisque l’urine est un liquide stérile. Il faudra toutefois veiller à vous soulager en début de douche pour que l’urine soit totalement évacuée dans les canalisations et ne stagne pas au fond de la baignoire.

Prendre sa vessie pour une lanterne!

Autre défi, autre Uni, même pipi, à Bristol, en 2015, les chercheurs avaient mis au point une cabine de WC qui produit de l’électricité avec de l’urine, au moyen de piles à combustible microbiennes. Le but de cette drôle d’invention est d’offrir lumière, hygiène et sécurité dans des zones particulièrement sensibles comme dans des camps de réfugiés où le simple fait d’aller aux toilettes peut s’avérer être une mission dangereuse, notamment pour les femmes.

Oui, l’urine, de part sa composition, peut se substituer aux carburants traditionnels, comme le diesel, chers, polluants et dangereux pour la santé. C’est d’ailleurs grâce à ce constat qu’en 2013, que des collégiennes de 14 ans de Lagos, au Nigeria, ont élaboré une génératrice qui carbure à l’urine et qui a la capacité de produire 6 heures d’électricité avec un seul litre de liquide doré. Jésus changeait l’eau en vin, ces étudiantes transforment le pipi en or!

Plus d’explication dans la vidéo ci-dessous:

Il y a encore bien d’autres applications et d’innovations (on vous en parlera prochainement) qui fonctionnent avec ce liquide que nous considérons à tort comme un déchet et nous n’avons pas fini d’exploiter son potentiel.

Demain, en prenant votre douche, pensez-y!

Leïla Rölli