INDONÉSIE: UN CLICHÉ POUR TOUT RÉSUMER

Le photographe Justin Hofman nous ouvre les yeux sur l'état des océans

Tragique et puissante, la photo d’un hippocampe agrippé à un coton-tige rose résume à elle seule le drame de nos océans qui se meurent, noyés par le plastique.

Le photographe Justin Hofman est l’auteur de ce triste cliché, pris en décembre 2016, au large de la côte de Sumbawa, une île indonésienne situées dans la chaîne des Petites Îles de Sunda, en Indonésie.

« Cette photo sert d’allégorie pour l’état actuel et futur de nos océans. Quel genre d’avenir créons-nous? Comment vos actions peuvent-elles façonner notre planète?  » Justin Hofman.

Un tout petit hippocampe

Le californien de 33 ans raconte l’histoire de cette prise de vue. Un collègue, qui plongeait avec lui, a pointé le minuscule animal du doigt. Il ne mesurait pas plus d’1,5 pouce et était presque trop petit pour l’objectif du photographe. Le vent s’est levé et le courant s’est intensifié. L’hippocampe s’est mis à dériver et s’est d’abord retenu à une algue. Avec le mouvement marin, de plus en plus de déchets plastique et de débris ont commencé à envahir la zone. Au même moment, le petit être a perdu son emprise et s’est d’abord raccroché à un morceau de sac plastique, puis à un Q-Tip rose balloté par les flots.

Le photographe a déclaré qu’il aurait « préféré que cette image n’ait jamais existé » mais elle est malheureusement bien réelle. Il s’est alors donné pour mission de la faire voir au plus de monde possible pour que les gens réagissent et prennent conscience de la gravité de la situation.

Journée internationale du nettoyage côtier

Pour promouvoir la journée internationale du nettoyage côtier qui aura lieu demain, 16 septembre 2017, Justin Hofman a publié un deuxième cliché de son petit ami sur son compte Instagram, au moment où celui-ci avait enroulé sa queue autour d’un morceau de plastique. Il espère ainsi inciter les gens qui verront son message à se rendre sur les rivages et à participer au ramassage de déchets.

Des chercheurs des Universités de Géorgie et de Californie ont établi que quelques 8,3 milliards de tonnes de plastique avaient été produites entre 1950 et 2015 dont 6,3 milliards de tonnes sont devenues des déchets durables, c’est à dire qui mettrons des centaines, voire des milliers d’années à se dégrader. Si, d’après leur étude, 9% de ces déchets ont été recyclés et 12% incinérés, les 79% restants ont été accumulés dans des décharges ou se sont répandus dans la nature, principalement dans les océans où plus de 8 millions de tonnes de plastiques sont déversées tous les ans.

Une seule image peut changer des milliers d’esprits.

Photos: Justin Hofman www.justin-hofman.com

Leïla Rölli

Merci à FMR pour l’inspiration!