L’ÉCOLOGIE ET NOS ENFANTS : BÂTIR UN SOCLE

Les billets de Virginie "Avec Panache"

Comment développer la fibre écologique de nos enfants ?

Leïla m’ouvre son blog pour y répondre. Et depuis ce défi lancé, je cogite intensément. Comment faisons-nous au quotidien, avec mon mari, pour transmettre cette valeur à nos deux têtes blondes (bon, en vrai, ils sont plutôt châtains)? Avant de déballer ici de grandes théories stratégiques, j’ai repensé à la base…

Chaque parent prend à cœur de transmettre ses valeurs ; empathie, respect, bienveillance, joie de vivre, politesse et peut-être aussi écologie. La graine verte s’est plantée chez moi il y a déjà de nombreuses années, bien avant même la naissance de ma fille et de mon fils. Elle se développe chaque jour un peu plus, avec une furieuse envie de mieux faire. Tout n’est pas parfait, loin de là, mais je ne reste pas les bras croisés, c’est déjà un pas en avant. Au quotidien, nous faisons de nombreuses choses bien pour notre planète, dont j’aurais l’occasion de vous parler ici (avec quelques ratés aussi, je dois l’avouer).

Mais avant tout, nous essayons de leur apprendre l’environnement, d’être curieux du monde dans lequel nous vivons. Car oui, pour un enfant de 5 ans (l’âge de mon aînée, par exemple), l’écologie à proprement parlé ne signifie rien. Alors, nous profitons de chaque occasion pour leur donner des informations sur la végétation, les animaux, les planètes ou aussi sur nous-même, les habitants de cette chère Terre.

Connecter les petits avec Mère-Nature

Tout d’abord, en vivant la nature au quotidien : balade régulière en forêt à côté de chez nous, observation des abeilles butinant la haie du jardin, recherche assidue d’escargots après la pluie, écoute des oiseaux le matin et il existe des dizaines d’autres exemples. Même que j’ai arrêté d’aspirer les grosses araignées, c’est dire ! Toutes ces petites briques construisent leur savoir et sûrement aussi l’envie de protéger ce qu’ils comprennent.

Et puis, je n’oublie pas les bouquins, en pensant notamment à La Salamandre, qui offre un moyen didactique riche pour approfondir leurs connaissances (et les nôtres, par la même occasion). Autre idée : au lieu d’un énième épisode de Peppa Pig le dimanche matin, nous regardons plutôt un reportage sur des animaux (quoique nous pourrions considérer Peppa Pig comme un documentaire animalier, c’est bien vrai). Effet garanti ! Les enseignants et les éducateurs jouent également un rôle important et complémentaire au nôtre en multipliant des ateliers sur ce thème, voire des sorties en plein air.

Le socle de notre éducation écologique est donc la transmission de l’amour de notre monde. Alors non, nous n’habitons pas comme des ermites dans une cabane perchée pour prouver mon propos mais la nature nous entoure. Chaque occasion est bonne pour s’y intéresser.

Car, j’en suis persuadée, c’est en aimant et comprenant la nature que nous leur donnerons envie de la protéger.

Virginie

Vous aimez la prose de Virginie? Retrouvez-la sur son site: www.avecpanache.ch