UNE FAMILLE DÉCIDE DE VIVRE COMME EN ’86

Loin des technologies du 3e millénaire et de la sur-connexion!

Ontario: Blair McMillan & Morgan Patey , parents de deux petits garçons, ont décidé de renoncer aux technologies actuelles le temps d’une année et de vivre comme en 1986, pour que leurs bambins connaissent une enfance aussi chouette et active que celle qu’ils ont vécue.

Envoyer un email, regarder une vidéo sur YouTube ou écrire un article et le diffuser sur les Internets comme je suis en train de le faire maintenant, sont des activités qui consomment de l’énergie. Pas beaucoup à l’échelle de l’individu, mais énormément lorsqu’on examine l’entier du trafic mondial.  Pour vous donner une idée de ce que cela représente, selon l’ADEME, tous les ans, une entreprise de 100 personnes génère 13,6 tonnes d’équivalent CO2, soit l’équivalent de 14 allers-retours Paris-New York, rien qu’avec ses e-mails. Sachant que la terre compte environ 3 milliards d’internautes, l’impact global de nos communications et objets connectés est gigantesque.

Mais il y a aussi un autre phénomène, c’est celui de la bulle. Aujourd’hui, il n’est pas rare de compter 6 à 10 écrans différents dans une famille de 4 personnes. Entre les smartphones, les télévisions, les ordinateurs et les tablettes, chacun dispose d’au moins une fenêtre pour se perdre dans le virtuel au détriment, parfois, des liens familiaux. Et c’est justement ce constat qui a décidé la famille McMillan à faire un saut dans le passé.

Retour en 1986

L’histoire remonte à 2013. Il fait grand beau ce jour-là en Ontario. Blair McMillan, propose à son fils d’aller jouer avec lui dans le jardin, mais le petit refuse, préférant scroller sur l’iPad familial et ne voyant que peu d’intérêt à jouer au ballon avec son père.

McMillan est aussi consterné que nostalgique. Il se rappelle qu’à son époque, jouer dehors était une joie qui ne se refusait pas. Fâché contre ces technologies qui ont envahi son logis, le couple McMillan a tout simplement décidé de les bannir et de retourner en 1986 le temps d’une année, l’époque où le mot « sur-connexion » n’existait pas.

Coupes mulet & VHS

Pour faire ce voyage dans le temps, la famille de Guelph (Ontario) n’a pas lésiné sur les moyens. En plus d’avoir fait une croix sur les appareils récents, Morgan & Blair McMillan ont également adopté looks et mobilier 80’s.

Le GPS a été remplacé par la carte routière papier, les écrans par une vieille télévision à tube cathodique et des consoles de jeux vintages, les K7 et VHS ont été dépoussiérées, tout comme les activités d’extérieur.

Le bilan après un an?

Dans une interview accordée à CBC, les McMillan tirent un bilan plutôt positif de cette expérience. Voici, quelques bribes de l’entretien au premier jour de leur retour à l’époque contemporaine.

CBC: Qu’est ce qui va le plus vous manquer des années 80’s?

Blair McMillan: De toute évidence, les cheveux! Et juste me détendre dans le salon, tandis que les enfants jouent, qu’il n’y a pas de distractions et que je ne suis évidemment pas pris par mon smartphone.

CBC: À quoi ressemble cette expérience pour votre famille?

Blair McMillan: C’était une véritable expérience positive. [] Nous nous sommes beaucoup plus amusés que prévu. Lorsque le projet a commencé, il y avait beaucoup d’anxiété et Morgan était vraiment nerveuse à l’idée d’abandonner son iPad et son smartphone. C’était presque comme si nous vivions dans un monde totalement différent. [] Mais, de toute évidence, en 2014, il est impossible de vivre comme ça car, finalement, vous n’aurez plus beaucoup d’amis, tellement il est compliqué de communiquer sans les technologies actuelles.

La partie la plus difficile est qu’on était « à côté de la case » avec tous les autres. Nous vivions dans notre propre petite boîte, parce que nous nous sommes coupés du reste du monde… simplement parce que la seule façon de parler aux gens était d’appeler, [NDLR: via un téléphone fixe] et personne ne le fait plus. […] les gens nous ont simplement oubliés parce que nous n’étions plus connectés avec eux par SMS, e-mails ou par Facebook. On ne pouvait juste plus nous inviter via Facebook. [] Nous n’étions plus au courant de ce qui se passait.

CBC: Comment vivrez-vous votre vie différemment après cette expérience?

Blair McMillan: Je ne pense pas que nous aurons le même rôle pour nos enfants – et ce ne sera jamais le même parce que nous serons beaucoup plus conscients de ce qu’ils utilisent. De toute évidence, les enfants ont un âge maintenant où ils utilisent simplement leur technologie pour les jeux […]

Alors que Trey et Denton grandissent, je pense que nous allons essayer de continuer comme nous l’avons fait jusque là: de les faire jouer avec des jouets, d’utiliser leur imagination, de construire. Et puis, on les laissera utiliser des ordinateurs à mesure qu’ils vieilliront et qu’ils devront en utiliser pour des choses productives à l’école.

CBC: Alors que vous vous dirigez vers 2014, que pensez vous de cette année en 86?

Blair McMillan: Juste que c’était une année amusante dans les années 80 et maintenant je sais pourquoi tout le monde aimait les années quatre-vingt. Ce projet nous a obligé à être plus sociables et à utiliser notre temps de manière plus judicieuse parce que nous n’avions pas autant de distractions. Donc, nous avons juste eu une année amusante … en présentant à nos enfants ce que nous avons fait en tant que gamins, c’est juste jouer, faire des choses stupides, peindre avec les mains, colorier et jouer avec des trains.

Et vous? Seriez-vous prêts à grimper dans une DeLorean et retourner vivre il y a 30 ans?

Leïla Rölli