L’HUILE DE PALME DURABLE N’EXISTE PAS!

Johan Reboul, "Le Jeune Engagé" répond à la pub Nutella

Le Jeune Engagé, c’est Johan Reboul. Il a 19 ans, il est étudiant, végétarien, allergique à l’huile de palme et amateur de voyages. Régulièrement, il prend la parole sur En Vert Et Contre Tout pour parler d’écologie positive et nous présenter quelques pépites durables chinées aux quatre coins de notre planète bleue.

Réponse à la pub Nutella :

Non, l’huile de palme durable n’existe pas.

Depuis quelques semaines, Nutella a employé les grands moyens pour rétablir son image entachée par les méfaits de l’huile de palme. À travers des spots publicitaires, des affiches et des pages de journaux, Ferrero tente de faire passer Nutella pour une entreprise familiale, embauchant en France et opérant un total respect des forêts grâce à sa certification « huile de palme durable RSPO ». Si ces affirmations sont tout ce que l’on souhaite, en réalité, Nutella est loin du compte au sujet de l’huile de palme. A travers un rapport de la FIAN, on constate que l’huile de palme durable est une vaste fumisterie.

l’Huile de palme RSPO ne tient pas ses engagements. 

 Il faut le reconnaître, l’entreprise Ferrero qui regroupe Nutella, Kinder ou encore Tic Tac est l’un des premiers groupes a s’être engagé dans une certification sur l’huile de palme durable. En 2004, un collectif d’entreprises, de distributeurs et certaines associations ont fondé de manière volontaire la RSPO (Round Table for Sustainable Palm Oil) pour agir face à la déforestation causée par leurs entreprises.
Il faut rappeler que l’industrie du palmier à huile a été responsable de la disparition de près de 40% des forêts entre 1990 et 2005 sur les îles de Sumatra et Bornéo.

Sur le papier, la RSPO a tout pour être une belle avancée et un espoir pour les forêts indonésiennes et malaisiennes (85% de la production d’huile de palme). Toutefois, sur le terrain, le constat est beaucoup moins satisfaisant. Si les entreprises ont signé une charte basée sur 8 principes fondateurs, leurs actions ne reflètent par leur engagements.

La certification RSPO est impuissante. Celle-ci n’a aucun pouvoir de condamnations ou de sanctions sur une entreprise qui enfreint un principe, notamment en déforestant. D’autant plus que les contrôles sont très peu existants.

Au final, la certification RSPO apparaît comme un greenwashing de la part des entreprises pour rassurer leurs consommateurs. Pour l’instant, aucune mesure n’a réussi à ralentir l’engouement pour l’huile de palme qui sacrifie une biodiversité unique, un peu plus tous les jours. Si les entreprises se défendent en évoquant le bon rendement de l’huile de palme par hectare, le fait de l’hyper-concentration de la production de cette huile décrédibilise tout arguments.

Du point de vue humain, un rapport de l’association RAN montre comment des parcelles d’huile de palme « durable » sont la source de conditions de travail proches de l’esclavagisme. En effet, une enquête accable Indofood, principale distributrice d’huile de palme, pour maltraitance, travail d’enfants et mise en danger de ses travailleurs.

“ 100 000 orangs-outans sont morts depuis les 16 dernières années à cause de la déforestation. »

Le marché de l’huile de palme représente un business juteux pour toute la chaine de production, excepté les travailleurs sur place.  L’Indonésie et la Malaisie subissent la pression des multinationales pour détruire entièrement leurs dernières richesses. Si l’économie de ces deux pays tourne aujourd’hui autour de l’exportation d’huile de palme, cela n’est pas durable. Lorsque les dernières forêts seront abattues, on constatera que les terres sont appauvries, les cours d’eau empoisonnés. L’huile de palme est un poison qui tue lentement la région asiatique.

​Il suffit d’une baisse significative du cours de cette huile, pour que ce soit des milliers de travailleurs dépendants qui soient touchés. Pour autant, ne rien faire mènera à la même conclusion.
Ces pays ont besoin de diversifier leurs économies. Leurs écosystèmes uniques sont la raison pour laquelle des millions de touristes se déplacent chaque année pour passer des vacances. L’Indonésie et la Malaisie pourraient booster le marché du tourisme en décidant de protéger les dernières forêts.

De notre coté, nous avons le devoir de dénoncer ce véritable massacre environnemental. Grâce à notre portefeuille, nous avons le pouvoir de faire changer les choses.

Il suffit de refuser d’acheter les produits contenant de l’huile de palme pour envoyer le message que nous ne soutenons plus les agissements des multinationales.

L’huile de palme durable est aujourd’hui une plaisanterie, les entreprises doivent trouver de réelles solutions, et cela passe bien évidemment par une baisse significative de la production d’huile de palme.

Nutella peut continuer à faire des publicités, ou bien ils peuvent aussi constater la prise de conscience de la population et décider de prendre au sérieux les consommateurs.

« Le Jeune Engagé » Johan Reboul

Envie de découvrir l’univers du « Jeune Engagé »? Vite! Allez faire un tour sur son site: www.lejeuneengage.com

sources :
Dossier : Le mythe de l’huile de palme 100% durable (FIAN)
http://www.fian.be/IMG/pdf/dospalmoliefr-1217-lrnb.pdf
Dossier sur l’esclavage moderne (RAN)
https://www.ran.org/suspend_indofood