GREENPEACE: MOINS MAIS MIEUX 3e PARTIE

Cloé détaille le dernier rapport de Greenpeace sur l'industrie de la viande

Avertissement: Cloé de greeneat_ch décrypte pour nous le rapport de Greenpeace paru le 5 mars. Son compte rendu étant très complet, il a été publié en plusieurs parties.

 

CHAPITRE 3

L’IMPACT SUR LA SANTÉ

 

« Si tu ne manges pas de viande, tu développes des carences, c’est sûr ! »
« Le poulet et les œufs, c’est plein de protéines et c’est super bon pour toi ! »

Comme vous pouvez le deviner à ces phrases, cet article sera dédié à l’aspect santé du rapport de Greenpeace publié le 5 mars « Moins mais mieux – Moins de viande & de produits laitiers pour une planète en bonne santé », présenté à son 3ème chapitre. Il fait suite aux deux précédents textes qui traitaient du programme revendiqué par Greenpeace ainsi que d’une analyse scientifique des conséquences de la production de produits animaux sur l’environnement.

Pour des infos encore plus complètes sur l’impact bénéfique d’une alimentation végétale, je vous conseille personnellement de visionner « What the Health », ainsi que de lire «How Not To Die » et « The China Study ».

Encore une fois, Greenpeace s’est basé sur quantité d’études scientifiques fiables et reconnues :

« Ce chapitre présente certains travaux de recherche qui établissent de manière incontestable le lien existant entre la consommation de certains produits carnés et leurs nombreux effets indésirables sur la santé humaine. »

 

Le problème que relève Greenpeace ?

Les recommandations alimentaires des différents gouvernements ne sont souvent pas actualisées selon les dernières études scientifiques sur le sujet. Ce qui pose un gros problème de compréhension pour la population qui en même temps entend qu’il serait souhaitable de se passer le plus possible de protéines animales, mais qui d’un autre côté se voit recommander le fait d’en consommer une certaine quantité journalière par le biais des recommandations.

Savez-vous d’ailleurs qui subventionne la société suisse de nutrition qui élabore notre chère pyramide alimentaire ? Ça fait passablement peur… : Liste des donateurs

Cela dit, on peut voir certains gouvernements alerter les consommateurs sur la consommation de viande rouge et les rediriger vers la consommation de viande blanche considérée comme « plus saine ». Or, nous avons pu voir dans les précédents articles que cela n’en reste pas moins néfaste pour l’environnement :

« […] les recommandations de ces pays selon lesquelles il convient de remplacer la viande rouge par d’autres viandes, telle que la volaille, n’empêchent pas que les conséquences néfastes pour l’environnement demeurent disproportionnées par rapport à celles qu’induirait, à la place de la viande, la consommation d’aliments végétaux tels que les légumines secs, les légumes et les fruits à coque. »

La plupart des études sur le sujet ont été faites sur la viande rouge (bœuf, agneau, porc), or, celle-ci a une composition différente de la viande blanche (volaille, lapin). Certains scientifiques souhaitent donc que de plus amples études soient faites sur cette dernière ainsi que sur les produits laitiers et les œufs.

Le rapport se penche plus particulièrement sur les maladies dont la consommation de produits animaux augmente le risque, ainsi que sur la conséquence de la production de produits animaux qui elle aussi à un impact conséquent sur notre santé.

Les maladies alimentaires les plus courantes associées à la consommation de viande :

Cancers

Il y a quelques années, les résultats d’une étude associant consommation de viande rouge et risque accru de développer un cancer ont fait la une des journaux :

« le Centre international de recherche sur le cancer a classé en 2015 la viande rouge comme « probablement cancérigène pour les humains » et la viande transformée comme « cancérigène pour les humains. »

Les résultats ont démontré qu’en ingérant 50g par jour de viande transformée, le risque de cancer colorectal augmentait de 18%. Je vous laisse calculer combien de grammes de jambon se trouve dans votre jambon beurre du midi…

D’autres analyses ont également démontré une augmentation du risque de développer des cancers de types différents alors qu’en ingérant des produits végétaux « complets », tels que fruits/légumes/légumineuses/céréales complètes, on a pu constater une diminution de l’incidence de plusieurs maladies chroniques telles que le diabète ou certains types de cancers.

Obésité et diabète

Le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d’augmenter et ce, depuis la fin du 20ème siècle. Cela coïncide bizarrement avec la consommation accrue de produits animaux et transformés qui a commencé à la même période.

Les études démontrent la corrélation entre consommation de viande, graisses (les produits laitiers sont plein de graisses saturées et de cholestérol…) et sucres raffinés (les fruits n’en sont pas !) et le développement de maladies chroniques non-transmissibles telles que l’obésité et le diabète de type II.

« Pire encore, d’après les recherches actuelles, la consommation d’une seule portion de viande rouge, quelle qu’elle soit transformée ou non transformée, serait associée à un risque accru de développer un diabète de type II. À contrario, l’adoption d’un régime alimentaire végétal permettrait de réduire d’environ 40 % le risque de développer cette même maladie. »

Maladies cardiovasculaires…

Ce sont les maladies les plus meurtrières de notre siècle, or des études menées sur des périodes de temps très étendues montrent le lien entre la consommation de viande rouge et le risque de mortalité due à ce genre de maladies :

« L’une d’entre elles a même établi que chez la femme, la consommation de viande rouge et transformée est associée à une augmentation du risque de développer une maladie cardiaque coronarienne. »

Une étude effectuée sur 10 ans aux USA a même démontré que les personnes réduisant leur consommation de viande rouge à env. 10g. par jour réduisaient leur risque de mortalité due à une maladie cardiovasculaire de 11% pour les hommes et 16% pour les femmes.

…et crises cardiaques

Une recherche au Danemark a démontré que remplacer la viande rouge par des végétaux réduisait de manière significative le risque de crise cardiaque chez les femmes.

Autre conséquence sur la santé, la viande contient « une belle brochette » de composés chimiques néfastes pour la santé :

Et n’oublions pas les maladies d’origine alimentaire. Exemple tout bête : Quels sont les aliments principaux qu’une femme enceinte doit s’abstenir de consommer pour la santé de son bébé ? Viande et poissons crus, œufs crus etc…

Et pourquoi donc ? Car les produits d’origine animale transportent très souvent des virus et autres bactéries. Vous vous souvenez sans doute du fameux Escherichia coli et de cette bonne vieille salmonelle qui vous oblige à utiliser une planche différente quand vous préparez du poulet…

Un impact qui n’épargne personne

Nous venons de voir que la consommation en soi cause beaucoup de problèmes, mais la production en elle-même n’échappe pas à la critique ! Donc même en ne consommant pas de produits animaux, on n’échappe pas entièrement aux conséquences néfastes sur la santé de l’élevage…
Les engrais et autres produits chimiques utilisés dans les élevages contaminent les cours d’eau :

« L’eau contaminée par les nitrates par le biais des mauvaises pratiques agricoles peut en effet s’avérer être un véritable problème pour les groupes sensibles tels que les enfants nourris au biberon, un lien ayant été établi entre l’ingestion excessive de nitrates et de nitrites et certaines maladies comme les cancers de la vessie, de la thyroïde, du côlon, du rein, de l’ovaire et du système gastrique ainsi que les lymphomes non hodgkiniens. »

Le rapport parle également de tout ce qui est résistance microbienne et bactérienne. L’élevage et sa consommation intensive d’antibiotiques est une des grandes causes de la résistance antibiotique à laquelle on fait désormais face et qui risque de poser bien des problèmes ces prochaines années :

L’élevage crée également une grosse pollution atmosphérique de par l’émission de particules fines de poussière, gaz, voire même de matières organiques telles que poils, plumes etc. :

« Une étude a notamment démontré que les habitants vivant à proximité immédiate d’exploitations d’élevage intensif (en dehors des personnes travaillant sur l’exploitation) étaient susceptibles de développer des affections respiratoires (les personnes concernées ont notamment rapporté souffrir de pathologies semblables à l’asthme. »

Bref, je pense que vous avez là des chiffres et informations assez parlantes pour vous faire comprendre que manger des produits animaux n’a rien de si sain que cela…

« L’année dernière, le Fonds mondial de recherche contre le cancer et l’Institut américain de recherche sur le cancer recommandaient d’adopter une alimentation composée essentiellement de produits végétaux et limitant les aliments d’origine animale. »

Et encore, le rapport de Greenpeace ne parle pas des conséquences néfastes des œufs et des produits laitiers sur la santé dont les derniers sont de plus en plus décriés par les milieux de la santé !

Consultez mon article sur le « fauxmage » pour plus d’infos à ce sujet.

Mais adopter un mode de vie, et donc, une alimentation 100% végétale est-ce réellement viable ?
OUI ! Selon, entre autres, « the Academy of Nutrition and Dietetics » qui est l’association regroupant le plus de professionnels de la diététique et de la nutrition au monde :

« Ainsi, un régime végétalien correctement élaboré, composé exclusivement d’aliments végétaux à l’exclusion de tout produit d’origine animale, convient à tout âge et apporte tous les éléments nutritifs, vitamines, minéraux et acides aminés indispensables, à l’exception de la vitamine B12 (un complément en vitamine B12 peut être nécessaire. »

Rappelons que la B12 n’est pas produite par les animaux, mais par les végétaux et que si nous n’en trouvons plus dans les fruits/légumes actuels, c’est parce que notre système est aseptisé. Il est donc bien plus écologique de se supplémenter soi-même qu’à travers les animaux.

Ma critique

Ce rapport est une énorme avancée pour la mise en avant des conséquences environnementales de la production animale et c’est tout à fait remarquable qu’une association de l’envergure de Greenpeace relaye ces infos de manière si détaillée !

J’ai tout de même deux petites critiques à faire :

1. L’éthique : Greenpeace a la volonté de réduire la consommation de 50%, ce qui en soit est déjà énorme et un super début. Cependant, il ne faut pas mettre de côté le fait que même en baissant de 50%, cela implique toujours la mort de dizaines de milliards d’animaux chaque année, d’insémination artificielle, de bébés enlevés à leurs mères… Bref, 50% c’est déjà des dizaines de milliards de vie « sauves », mais ça n’est pas la fin de l’exploitation animale…

2. Les poissons : Greenpeace ne voulait pas se concentrer sur les poissons dans ce rapport (ce qui est compréhensible vu la longueur de celui-ci). Il n’en reste pas moins que les conséquences de la pêche ainsi que de l’élevage de poissons sont tout aussi néfastes voire pires que celles de la production animale terrestre… Les poissons sont par ailleurs les plus grandes victimes de l’exploitation animale. Plus d’infos ici : viande info pêche

Bref, Greenpeace a réalisé un super travail en construisant ce rapport ! Et j’espère que ces articles qui le retranscrivaient plus brièvement vous ont permis de faire le lien entre production/consommation de produits animaux et problèmes climatiques/de santé.

C’est très bien de faire attention à éteindre la lumière en sortant d’une pièce, de prendre le vélo pour aller au travail, MAIS en faisant plus attention à ce que vous mettez dans votre assiette, vous pouvez faire une différence encore plus grande ! Pareil pour la santé, le cliché du vegan pâle et maigre est dépassée. Croyez-moi, la plupart des personnes ayant une alimentation variée 100% végétale et privilégiant les aliments complets sont souvent moins malades que les autres ! (en tout cas c’est mon expérience et celle des gens que je côtoie 😉)

Mangez moins de produits animaux pour une planète en meilleure santé !

Cloé Dutoit

Retrouvez toutes les recettes de Cloé (in english, please!) sur son site: Greeneatch.wordpress.com et sur son compte Instagram

http://envertetcontretout.ch/2018/03/15/greenpeace-mieux-2e-partie/