SAN FRANCISCO INTERDIT LA FOURRURE!

Johan Reboul, "Le Jeune Engagé"

Le Jeune Engagé, c’est Johan Reboul. Il a 18 ans, il est étudiant, végétarien, allergique à l’huile de palme et amateur de voyages. Régulièrement, il prend la parole sur En Vert Et Contre Tout pour parler d’écologie positive et nous présenter quelques pépites durables chinées aux quatre coins de notre planète bleue.

San Francisco devient la plus grande ville

à interdire la fourrure

La ville de San Francisco a voté ce mardi 20 mars, à l’unanimité, l’interdiction de la vente de nouvelles fourrures à partir du 1 janvier 2019. Une nouvelle fois, la ville américaine se montre exemplaire sur le sujet de la protection des animaux, et plus largement, sur le respect de l’environnement.

À partir du 1 janvier prochain, tous les commerces de la ville ne pourront plus proposer manteaux, bonnets ou autres pompons à fourrure ayant causé la mort d’un animal. Il s’agit d’une victoire historique puisque San Francisco représente la première grande ville à interdire complètement la fourrure de son territoire. Un message fort envoyé aux marques de haute couture et plus largement à l’univers du textile.

Cette décision suit l’engagement de plusieurs entreprises ayant abandonné la fourrure après de multiples contestations des consommateurs. C’est le cas de Armani, Hugo Boss, Calvin Klein, Ralph Lauren ou encore très récemment Versace et Furla. Les consciences s’élèvent pour faire face à une industrie causant la mort de plus de 50 millions d’animaux chaque année.

Photo: Article Libération: Fermes à fourrure : visons d’horreur

Les élevages sont particulièrement barbares où les bêtes sont perçues comme de simples produits. Après un an d’enfermement, visons, renards ou lapins seront électrocutés, gazés ou abattus. Qu’ils proviennent d’Europe, de Chine ou du Canada, aucune loi ne protège ces animaux qui,rappelons le,sont dotés de sensibilité.

Si la décision de la ville ne fait pas l’unanimité chez les commerçants, jugeant un impact sérieux sur leurs ventes, ce décret va pouvoir pousser les commerçants à trouver des alternatives et faire évoluer la mode. D’autres pays souhaitent suivre cette démarche comme le Royaume-Uni.

En France, la fourrure représente un marché juteux dans la haute couture. Des fermes à fourrure sont présentes sur le territoire et aucune volonté politique n’a pour l’instant exprimé son désaccord face à la situation. L’association L214 a lancé une pétition rassemblant 112 000 personnes dénonçant les fermes à fourrure françaises.

POUR SIGNER LA PÉTITION

 

« Le Jeune Engagé » Johan Reboul

Envie de découvrir l’univers du « Jeune Engagé »? Vite! Allez faire un tour sur son site: www.lejeuneengage.com