« NAT GEO » OPÉRATION #PLANETORPLASTIC

Le célèbre magazine au cadre jaune publie une série de photos choquantes

credits: John Cancalosi/ National Geographic

Des clichés qui nous supplient de réagir

Le magazine américain National Geographic vient d’éditer une série de photos glaçantes intitulée « Planet or Plastic » couplée à un hashtag #PlanetOrPlastic invitant les internautes à participer à cette grande campagne de sensibilisation. La publication se consacre aux ravages causés par notre société du tout jetable sur l’environnement, la faune, mais également les plus démunies.

Sous nos latitudes, notre dépendance au plastique ne semble pas si dramatique. On rouspète contre quelques déchets sauvages ça et là, mais sans plus. On minimise l’effet du jetable et on se cache derrière l’idée que nous ne sommes pas les premiers pollueurs de la planète.

À travers cette action coup de poing, Nat Geo nous confronte aux effets directs de cette pollution dramatique dont nous sommes tous un peu responsables et nous sommes d’agir.

Si les consommateurs et les ONG s’unissent pour amener un changement fondamental dans les mentalités, les entreprises et multinationale devront se plier à leur volonté et réduire drastiquement la quantité de plastique pour répondre à cette nouvelle demande… c’est comme ça que fonctionne la loi du marché.

credits: National Geographic

Le magazine lui-même a commencé à envoyer ses numéros dans des emballages en papier plutôt qu’en plastique, comme c’était le cas jusqu’alors, et précise qu’il n’y a pas de changement inutile.

Chaque action, aussi dérisoire puisse-t-elle paraître, amène sa pierre à l’édifice. La campagne pointe particulièrement les bouteilles en PET, les pailles et les sacs en plastique, particulièrement néfastes pour l’environnement, et exhorte les citoyens à s’engager à réduire considérablement leur utilisation en faisant de simples choix conscients. 

« Pendant 130 ans, National Geographic a documenté les histoires de notre planète, offrant au public du monde entier une fenêtre sur la beauté à couper le souffle de la Terre et sur les menaces qui pèsent sur elle […] Chaque jour, nos explorateurs, chercheurs et photographes sur le terrain sont témoins de l’impact dévastateur du plastique à usage unique sur nos océans, et la situation devient de plus en plus désastreuse. »

 – Gary E. Knell, PDG de National Geographic Partners.

Les chiffres sont connus mais nous peinons à changer

Nous savons que 9 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans la nature chaque année. Si de simples chiffres ne sont pas suffisant pour comprendre l’urgence de la catastrophe, peut-être que le message est plus efficace en images. En voici quelques-unes tirées de Nat Geo que nous devrions tous avoir vues au moins une fois.

«Certains animaux vivent maintenant dans un monde de plastique, comme ces hyènes qui se cachent dans une décharge à Harar, en Éthiopie. Ils écoutent les camions à ordures et trouvent une grande partie de leur nourriture dans les poubelles « 

credits: Brian Lehmann/ National Geographic

« Quelques 700 espèces d’animaux marins sont identifiées comme victimes directe du plastique, soit ingestion, soit par blessure en étant entravées ou empêtrées »

credits: David Jones/ National Geographic

« Un vieux filet de pêche en plastique abandonné arrache une tortue caouanne en Méditerranée au large de l’Espagne. La tortue pouvait à peine étirer son cou à la surface pour respirer. Elle doit la vie au photographe qui l’a libérée. Mais combien sont-elles à périr dans ces conditions?  « La pêche fantôme » par des filets errant est une des plus grandes menaces qui pèse sur les tortues de mer « .

credits: Jordi Chias/ National Geographic

« Dans le monde, près d’un million de boissons vendues en bouteilles en plastique sont vendues chaque minute »

credits: David Higgins/ National Geographic

« Après avoir lavé des draps en plastique transparent dans la rivière Buriganga, à Dhaka, au Bangladesh, Noorjahan les étend pour les faire sécher régulièrement, tout en s’occupant de son fils, Momo. Le plastique sera éventuellement vendu à un recycleur. Moins d’un cinquième de tout le plastique est recyclé dans le monde « 

credits: Randy Olson/ National Geographic
« Dans les eaux polluées au large de l’île indonésienne de Sumbawa, cet hippocampe s’est accroché à un coton-tige en plastique – « une photo que je n’aurais préféré jamais prendre », explique le photographe Justin Hofman. »
credits: Justin Hofman/ National Geographic

Plus d’images sur: #PlanetOrPlastic

Chaque achat est une prise de position!

Comment agir? Voici quelques pistes

  • Préférer les marchés, la vente en vrac ou en direct chez les producteurs.
  • Chercher des alternatives durables plutôt que jetables.
  • Par des pétitions et des actions, faire pression sur la grande distribution.
  • Abandonner les bouteilles en PET et les remplacer par une gourde qu’on pourra remplir à loisir.
  • Éviter les produits importés qui demandent souvent beaucoup de conditionnement
  • Acheter d’occasion plutôt que du neuf lorsque c’est possible
  • Préférer des objets en matières naturelles, du recyclable et / ou recyclé etc.
  • Commander son verre sans paille (cf. notre opération Papaille)
  • Prévoir des sacs réutilisables lorsqu’on sort, au cas où un achat devait se faire pour éviter de devoir accepter un sac en plastique provenant des commerces.
  • En vacances, pensez à votre impact et pourquoi pas, aidez à ramasser quelques déchets que vous croiseriez sur votre passage.

Leïla Rölli

Sources: Nat Geo , Bored Panda