L’HUILE DE PALME « DURABLE » ACHÈVE LES DERNIÈRES FORÊTS INDONÉSIENNES

Le Jeune Engagé nous parle du dernier rapport de Greenpeace

Le Jeune Engagé, c’est Johan Reboul. Il a 19 ans, il est étudiant, végétarien, allergique à l’huile de palme et amateur de voyages. Régulièrement, il prend la parole sur En Vert Et Contre Tout pour parler d’écologie positive et nous présenter quelques pépites durables chinées aux quatre coins de notre planète bleue.

L’HUILE DE PALME « DURABLE »

ACHÈVE LES DERNIÈRES FORÊTS

INDONÉSIENNES

 

Le 19 septembre dernier, Greenpeace n’apportait pas de bonnes nouvelles. Le dernier rapport de l’association de protection de l’environnement tire la sonnette d’alarme au sujet de la déforestation causée par l’huile de palme. Intitulé « Compte à rebours final », Greenpeace met en garde la communauté internationale sur la destruction sans précédent que subissent l’Indonésie et la Malaisie, et ce malgré la mise en avant du secteur de l’huile de palme « durable ».

Une nouvelle fois, le secteur de l’huile de palme se retrouve accablé par un bilan désastreux concernant la biodiversité des pays producteurs. Pour répondre à une demande toujours plus forte, les producteurs d’huile de palme ne se gênent pas pour empiéter sur les forêts indonésiennes et malaisiennes.

En 10 ans, l’Indonésie a perdu la moitié de ses espaces verts. Une catastrophe écologique qui est perpétrée dans l’unique but de pouvoir nous vendre du Nutella, des biscuits LU, du savon Dove ou encore du biodiesel Total. En effet, l’huile de palme est omniprésente dans les produits transformés. En raison d’un faible coût et de caractéristiques culinaires avantageuses, les industriels en raffolent. Cette même huile sacrifie chaque jour 25 orangs-outans se retrouvant sans habitat naturel.

Dépêchez-vous d’aller en Indonésie pour les voir, d’ici à 2025, ils risquent de disparaitre. 

L’huile de palme durable est un leurre!

Toutefois, malgré ce bilan faisant froid dans le dos, plusieurs marques se vantent fièrement d’utiliser de l’huile de palme « durable », c’est à dire une huile de palme qui ne participerait pas à la déforestation. Quelle belle idée! Si seulement, cette affirmation pouvait se révéler efficace sur le terrain. En effet, comme le rappelle Greenpeace dans son rapport, la plupart des entreprises s’étant engagées dans une huile de palme durable s’approvisionnent encore par le fournisseur Wilmar, accusé une nouvelle fois de participer à la déforestation.

Ces marques se sont Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellogg’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez(LU), Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser et Unilever. Bizarre quand on voit la publicité que faisait LU sur son huile de palme durable après qu’une pétition de plus de 225 000 signatures réclame à l’entreprise d’en finir avec l’huile de palme.

Vous savez comment cela s’appelle? Du GREENWASHING. Les entreprises ont tenté de minimiser la déforestation en créant des labels durables et autres certifications bidons (coucou la RSPO) pour berner le consommateur. Comment pouvons-nous nous inquiéter quand on voit sur un emballage une explication convaincante? Heureusement que Greenpeace est là pour nous rappeler que l’on se fait enfumer. L’huile de palme durable n’existe toujours pas. Elle n’existera pas tant que les forets indonésiennes disparaissent toujours aussi vite. Depuis fin 2015, et ce après tous les engagements des firmes, 130 000 hectares de forêts ont disparu, c’est 13 fois la taille de Paris.

En tant que consommateurs, nous avons le pouvoir encore une fois de ne pas participer à cette hécatombe environnementale. Il faut refuser d’acheter des produits contenant de l’huile de palme. Fini les stations services Total, fini les biscuits LU, fini le Nutella et autres sucreries. Les alternatives existent, pas besoin de se priver.

Signer les pétitions contre l’huile de palme ici :

LU: Stop à l’utilisation d’huile de palme

Total : Non à l’huile de palme dans le biocarburant.

 

« Le Jeune Engagé » Johan Reboul

Envie de découvrir l’univers du « Jeune Engagé »? Vite! Allez faire un tour sur son site:

www.lejeuneengage.com