10 TRUCS POUR RÉDUIRE SES DÉCHETS (VOL.2)

Au quotidien

Réduire ses déchets, c’est plus facile qu’il n’y paraît! Si si!

D’ailleurs, pour te le prouver, voici un nouvel article faisant suite au premier: 16 trucs pour réduire ses déchets à la cuisine et au bureau….avec une dizaine d’astuces basiques pour faire le premier pas vers un avenir plus vert… et des poubelles toujours plus vides, mais également des finances plus saines, car bien que ça puisse paraître fou, consommer durable et sans déchet est aussi bon pour la planète que pour le porte-monnaie.

Et qui sait? Peut-être que toi aussi tu vas devenir un adepte du zéro déchet! Alors, tout le monde est prêt?

 

AU QUOTIDIEN

1. Se libérer de la cigarette

Elle est bien bonne celle-là hein? Mais elle n’en est pas moins extrêmement valable. Entre le paquet, son enveloppe en plastique, la feuille argentée à l’intérieur et les infâmes mégots qui polluent sols et eaux… cette vilaine addiction est totalement désuète… on n’est pas dans Mad Men les enfants! Entre méfaits sur la santé, le coût exorbitant et l’impact environnemental (culture du tabac et pesticides, transports, pollution), difficile de trouver un point positif à ce petit bâtonnet empoisonné. Cigarettes roulées et électroniques ne sont pas forcément moins dommageables pour la planète, ni pour votre organisme.

Baladez-vous sur YouTube, il y a plein de méditations guidées pour vous aider à vous libérer.

 

2. Prendre de vraies pauses

Selon le Figaro, les salariés s’arrêtaient volontiers plus d’une 1h30 pour manger dans les années 1990. Aujourd’hui, on ne s’octroierait pas plus de 45 minutes de pause, dont seulement la moitié pour se restaurer… et parfois, il ne s’agit que d’un pauvre sandwich englouti devant l’ordi.

On ne va pas remettre toute votre organisation en compte, mais s’il est possible de prendre un peu plus de temps, essayez de manger dans un endroit avec de la vraie vaisselle lavable, faire une véritable pause c’est aussi bon pour l’équilibre. Si le take-away n’est pas évitable, pensez à prendre un contenant avec vous pour ne pas vous encombrer d’emballages superflus (et si votre boite est en plastique, préférez réchauffer votre repas dans de la vaisselle en porcelaine. Le plastique chauffé, c’est déconseillé) ainsi qu’une serviette en tissu, des couverts réutilisables ou encore une poche en tissu ciré.

Oui ça fait beaucoup à prendre avec soi, mais c’est un petit effort qui portera ses fruits. Après déduction des vacances, congés et week-end, un.e employé.e  à temps plein aura travaillé 228 jours en 2018. Ça nous fait tout autant de repas à l’emporté et leur armada de déchets.

 

3. Toujours avoir un sac réutilisable sur soi

Il ne prend pas de place et est ultra léger, il existe même en format porte-clé, le sac réutilisable permet d’échapper aux sacs jetables distribués dans les magasins, qu’ils soient gratuits ou payants.

4. Éviter les supermarchés

Et n’y aller que lorsque c’est vraiment nécessaire. En vous abonnant à un panier de légumes et produits régionaux (avec les voisins pour minimiser les frais de livraison) et/ ou en allant dans une épicerie en vrac, directement à la ferme, au marché ou encore dans une « Ruche », vous réduirez drastiquement le suremballages.

En remplaçant progressivement les objets à usage unique par du durable, en fabriquant vos produits d’entretien vous-mêmes (plus économiques et plus écologiques, si si!) vous verrez que vous n’aurez quasiment plus besoin de vous rendre en grande surface et qu’au final vous gagnerez du temps.

D’une part vous avec l’opportunité de soutenir des commerces indépendants et petits producteurs directement, de l’autre, vous évitez de « craquer » sur des actions promos suremballées dont vous n’avez fondamentalement pas besoin.

Il suffit juste de passer par dessus l’idée reçue qu’on se ruine en achetant ailleurs qu’en supermarché. En général, les prix sont similaires et parfois même moins chers!

5. Adopter savons, dentifrices, déos et shampoings solides

  • Parce que les savonneries artisanales ne manquent pas.
  • Parce que vous pouvez choisir un produit artisanal et soutenir l’économie locale.
  • Parce que les parfums sont variés et gourmands.
  • Parce que les ingrédients sont plus sains et moins nombreux que dans les gels douches et shampoings liquides.
  • Parce qu’un seul shampoing solide permet de faire entre 50 et 100 shampoings soit l’équivalent de trois bouteilles de shampoing.
  • Parce qu’ils ne sont pas emballés.
  • Parce que vous achetez un concentré et évitez de transporter de l’eau inutilement.
  • Parce qu’ils sont plus sains pour vous et pour l’environnement.
  • Parce que c’est pratique à prendre avec soit en vacances.

6. Faites votre propre lessive

Il existe des dizaines de recettes de lessives maison. Cela permet d’une part d’économiser un contenant en plastique, mais également de faire un produit écologique moins cher que la lessive premier prix des grandes surfaces. Pour la recette ci après, que vous fassiez 3, 6 ou 12 litres, le temps de préparation est le même, 15 minutes.

De plus, cela permet de « libérer » un petit budget pour autre chose. En dépensant moins pour la lessive, vous pouvez réinvestir la différence dans des aliments bio par exemple, ou dans l’acquisition d’une gourde qui vous évitera d’acheter des bouteilles en PET.

À Lire: DIY: LESSIVE AU SAVON DE MARSEILLE

7. Préférez lire sur le web plutôt que sur papier

Pas pour tout évidemment, on ne parle pas ici des vrais livres ni de beaux magazines soignés, d’autant plus si vous allez consulter les ouvrages plusieurs fois, car l’activité sur Internet a aussi un coût environnemental.

Mais ces catalogues de meubles, d’habits ou d’électroménager sont aussi accessibles en ligne, tout comme le contenu des journaux gratuits qu’on vous envoie d’office, ou ces revues publicitaires qui sont de plus en plus souvent envoyées dans un emballage plastique.

Il suffit généralement d’envoyer un e-mail à la source de l’envoi ou d’aller sur la rubrique désabonnement du site de l’entreprise.

À lire: PROSPECTUS PUBLICITAIRES  25% DU PAPIER CONSOMMÉ EN FRANCE

8. Des friandises en vrac

Allez savoir pourquoi, des marques de chocolat ou de bonbons, (comme Ricola par exemple pour ne pas les citer), ont décidé de faire des boites à collector en métal pour vendre leur produit. C’est une bonne chose, car on peut les réutiliser pour stocker des biscuits maison par la suite… mais ces boites sont remplies de bonbons emballés individuellement. Pareil pour les chocolats « Célébrations » ou chaque Bounty, Milky Way et autres Snickers miniatures sont emballés par du plastique.

Dans les magasins en vrac et dans les confiseries, il est possible d’acheter des bonbons (même des versions vegans des bonbons Haribo) noix enrobées de chocolat et autres sucreries au poids. Il suffit juste de prendre une boite avec soi.

9. On passe au lavable plutôt qu’au jetable

Pailles, cotons démaquillants, serviettes et set de table, mouchoirs, vaisselle, coton-tige, bouteilles en PET etc etc… il existe des versions durables et lavable de tous ces objets jetables du quotidien. Demandez conseils auprès de vos grands-parents, ils faisaient comme ça avant ou poussez simplement la porte d’une épicerie en vrac.

10. Attention au terme biodégradable

Le biodégradable c’est un terme fourre-tout. Il y a même du plastique de mauvaise qualité vendu comme biodégradable. Résultat, il diffuse juste ses particules de plastique beaucoup plus vite dans l’environnement. De plus, pour produire des objets jetables dits biodégradables, il faut aussi beaucoup d’énergie grise pour une utilisation très très restreinte. Optez plutôt pour du lavable, et si vous devez vraiment utiliser du jetable biodégradable, (par exemple pour des couches pour bébé car vous n’arrivez pas à vous faire aux couches lavables),  vérifiez que ce soit bien du biodégradable d’origine végétale.

Leïla Rölli