FRANCE: LES GRANDES BANQUES TOUJOURS MOINS DURABLES

Les banques désinvestissent les énergies renouvelables, au profit du fossile

Le Jeune Engagé, c’est Johan Reboul. Il a 19 ans, il est étudiant, végétarien, allergique à l’huile de palme et amateur de voyages. Régulièrement, il prend la parole sur En Vert Et Contre Tout pour parler d’écologie positive et nous présenter quelques pépites durables chinées aux quatre coins de notre planète bleue.

Les banques désinvestissent les énergies

renouvelables, au profit des énergies fossiles.

Depuis la Cop 21, les grandes banques françaises ont désinvesti les énergies renouvelables au profit des énergies fossiles. Un constat porté par le nouveau rapport d’Oxfam, qui fait tâche dans une période où la transition énergétique est perçue comme inévitable si nous voulons offrir un avenir à nos enfants.

Ce n’est pas nouveau, les banques traditionnelles investissent dans des projets rentables sans se soucier de l’impact social ou environnemental de leurs actions. Cependant, le rapport d’Oxfam témoigne aujourd’hui d’un « greenwashing » des institutions financières.

En effet, en période de prise de conscience écologique de la population, les entreprises s’efforcent de se donner une image d’acteurs de la transition. À Paris, un nouveau bâtiment rénové par BNP Paribas annonce fièrement sur sa façade, une rénovation éco-conçue. D’un autre côté, BNP Paribas est la banque qui finance le plus les énergies fossiles avec 12,8 milliards d’euros rien qu’entre 2016 et 2017. On se fout de nous, me direz-vous ? La réponse est oui, grâce à du greenwashing très bien pensé. N’oublions pas que la BNP Paribas était un sponsor de la Cop 21 en 2015.

Si BNP Paribas mène les devants, les autres banques traditionnelles telles que le Crédit Agricole, La Société Générale, Le Crédit Mutuelle-CIC ou encore la Banque Populaire- Caisse d’Epargne ne sont pas très loin derrière. 

Depuis la COP 21 qui annonçait d’encourageantes nouvelles pour la transition énergétique, les banques ont fait marche arrière en réduisant leurs financements à destination des énergies renouvelables (moins 1,85 milliard d’euros) d’un montant équivalent à l’augmentation de leurs financements vers les énergies fossiles (+ 1,8 milliard d’euros). Un énorme recul qui va coûter très cher à la société. Ces investissements sont vitaux pour le secteur de l’énergie renouvelable qui a besoin de financement pour se pérenniser sur le sol français et à travers le monde.

Au final, sur 10 euros de financements accordés par les banques aux énergies, 7 euros vont aux énergies fossiles, contre 2 euros seulement aux renouvelables. Comment pouvons-nous assurer une transition énergétique si l’argent que nous plaçons dans nos banques finance des projets que nous condamnons. Bien que nous ayons des comportements écologiques chez nous, nos placements financiers détruisent malheureusement tous ces efforts…

​La faute peut-être également à l’État français. Sa loi sur la transition énergétique n’est clairement pas contraignante pour les banques qui peuvent continuer à investir là où elles le souhaitent. Peut-être l’État n’a-t-il pas compris que la transition énergétique passe par une réglementation stricte des entreprises polluantes et de leurs financements. Comment pouvons-nous expliquer aux français que nous allons taxer leur déplacements en diesel quand dans un autre temps, les banques détruisent à coup de milliards d’euros notre planète ?

Une solution est possible dès aujourd’hui pour nous les citoyens engagés, et elle réside dans le changement de votre banque. Pour ne pas cautionner ce système destructeur, nous pouvons choisir à qui confier notre argent.

Des banques comme la Nef ou le Crédit Coopératif offrent les même services que nos banques traditionnelles mais s’assurent que votre argent ne soutient pas des projets polluants.

Ces banques soutiennent par ailleurs, les projets de l’économie locale et citoyenne. Nous avons donc le pouvoir de faire la différence. Êtes-vous acteur ou spectateur de de la transition écologique ? Voulez-vous préserver notre belle planète ? Êtes-vous prêt à changer de banque ? Votre avis compte, vos choix aussi.

Sources : Rapport d’Oxfam

« Le Jeune Engagé » Johan Reboul

Envie de découvrir l’univers du « Jeune Engagé »? Vite! Allez faire un tour sur son site:

www.lejeuneengage.com