BONNES RÉSOLUTIONS POUR RÉDUIRE SON IMPACT

Chacun à son rythme!

En manque d’inspiration pour les bonnes résolutions de la nouvelle année? Ou une subite envie de changement et vous ne savez pas vraiment quoi faire pour agir à votre échelle? Voici une liste non exhaustive de suggestions qui font du bien à la planète, au moral et bien souvent aux finances!

Le but ici n’est pas de toutes les appliquer (quoique ça serait vraiment l’idéal) mais d’en choisir une, deux ou trois, puis une fois qu’elles sont intégrées et adoptées, en ajouter de nouvelles en cours de route.

Les changements trop radicaux peuvent être décourageants, mais en prenant les choses petit à petit, c’est à la portée de chacun.e, promis!

Pour savoir où vous en êtes, vous pouvez commencer par calculer votre empreinte écologique sur le site du WWF en cliquant >>ICI<<.

 

N°1 Réduire progressivement, puis complètement viande et poisson

On vous le disait dans cet article, études scientifiques archisolides à l’appui, « éviter la viande et les produits laitiers est la meilleure façon de réduire votre impact sur terre » .

Comment procéder?

Si pour vous, arrêter totalement la viande et le poisson est un trop gros morceau, commencez progressivement. Rares sont les végétariens et véganes a avoir changé leur alimentation du jour au lendemain, il y a toutefois des personnes qui ont eu des chemins plus rapides que d’autres. Allez-y a votre rythme, l’important c’est de faire un effort vers la transition. Voici quelques conseils à appliquer selon votre appréciation:

– On arrête la viande industrielle (supermarchés, fastfood) et on va chez le boucher ou à la ferme. Contrairement à la croyance, la viande de boucherie est souvent moins chère ou au même prix que dans la grande distribution.

– On consomme Bio et local.

– On augmente progressivement les jours végétariens de la semaine, on commence par lundi et mardi, ou le week-end, puis on étend les jours au fur et à mesure de sa progression et à son rythme.

– On ne mange plus de viande ou de poisson à la maison, mais seulement de temps en temps au restaurant (non, le McDo tous les midis, c’est pas une bonne idée!)

– On se fixe des petits défis et on participe aux mois vegan, comme Veganuary en janvier ou en novembre avec le mois vegan

– On le fait à plusieurs, avec les copains, dans la coloc, en famille, en couple… si on est plusieurs à s’y mettre c’est toujours plus motivant.

– On s’intéresse à la cuisine végétale pour ne pas manger que du riz à l’huile et surtout éviter les carences. Linda, Joëlle, Cloé, Estelle & Eleonore ont plein d’idée à vous proposer dans notre rubrique FOOOOOOD.

 

N°1 bis Réduire progressivement, puis complètement tous les produits d’origine animale

En plus de la viande, on fait l’impasse sur les produits laitiers, les œufs, les cuirs et on fait attention à lire les étiquettes. Parce que oui, dans nos cosmétiques, dentifrices, médicaments et autres lessives, il y a de l’animal. On a fait un article sur le sujet pour vous aider à en démasquer certains, il est à lire ici: « De la viande dans mon dentifrice?

Comment procéder?

– Comme pour la viande, on réduit progressivement pour ne pas être frustré et jeter l’éponge après une semaine.

– On commence par éliminer tout ce qui est industriel, on achète Bio et local.

– On consomme moins mais mieux.

– On remplace progressivement les produits par des alternatives durables. Remplacer le beurre par de la margarine à l’huile de palme c’est comme pisser dans un violon, donc on lit l’étiquette avant d’acheter! Par contre, on peut sans autre faire son propre lait d’avoine (ou acheter du lait végétal, mais c’est moins bien et plus cher) comme substitut au lait de vache dans les céréales ou le café. Il existe de nombreuses recettes de margarine sans huile de palme à faire soi-même comme celle proposée par le blog « Au Vert Avec Lili ».

– On cuisine à la méditerranéenne, en privilégiant les huiles au beurre.

 

N°2 Faire des vacances ecofriendly

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… partir en vacances au bout du monde c’était l’événement d’une vie! Aujourd’hui, c’est Thaïlande une fois par an, 3-4 virées shopping à Paris ou à Londres, une petite semaine à Ibiza ou en Turquie. Vous vous souvenez de l’article de Cloé qui avait été très déçue de son voyage à Bali? Le tourisme de masse pèse lourd dans nos habitudes climaticides, c’est pourquoi il est important de favoriser les voyages écoconscients. Alors oui, les voyages forment la jeunesse et c’est une chance inouïe de découvrir le monde comme nous pouvons le faire actuellement, mais il est toujours possible de le faire de manière ecofriendly.

– On (re)découvre les beautés à proximité, pas besoin d’aller aux Seychelles pour être dépaysé.e.s!

– On évite avions et croisières au maximum. On se déplace en train si possible. Oui selon la destination, c’est plus long, mais ça permet de lire ce bouquin qu’on remet toujours à plus tard, ou de planifier des excursions. Et puis zut, c’est les vacances, il faut prendre le temps.

– Selon la destination, vous pouvez pouvez aussi vous engager dans des associations actives dans le nettoyage des plages, la sauvegarde d’animaux sauvés de l’industrie du tourisme, etc. Si vous prenez quand même l’avion c’est un bon moyen pour « compenser » son impact… un mal pour un bien en somme! Un exemple parmi des centaines: My Green Trip

– Si vous prenez l’avion toujours, pensez à compenser votre trajet avec My Climate, que Marie nous présentait dans cet article:

COMPENSER SES ÉMISSIONS AVEC MYCLIMATE

– Si vous voyagez pour le travail, essayez de faire le maximum de séances à distance afin de réduire les déplacements. Tout le monde y gagnera, la planète, l’entreprise et votre karma.

– Pour celles et ceux qui le peuvent, 2019 est l’année où il serait bon d’investir dans un abonnement de bus / métro. Si vous n’avez pas des horaires de nuit et n’habitez pas dans des zones mal desservies, que vous n’avez pas de difficulté à vous déplacer, pensez-y! Et sinon, le covoiturage, c’est sympa aussi!

– Et pour terminer ce chapitre, voici « 14 gestes pour des vacances plus vertes » ou encore cet article de Cloé  « Voyager-sans exploser son empreinte co2 ».

 

N°3 Ne plus rien acheter de neuf

Anibis, Ricardo ou Petites annonces en Suisse, Le Bon Coin en France, Kijiji au Canada et tous leurs homologues, Vinted spécialisé dans les habits et accessoires un peu partout sur la planète, les groupes régionaux sur Facebook, mais également les brocantes, vide-dressing de quartier, troc ou emprunt entre potes… il existe de multiples solutions pour réduire sa consommation d’objets neufs.

– On pense à réparer ce qui ne fonctionne plus très bien.

– S’il faut vraiment acquérir un objet, on regarde d’abord si on peut l’emprunter ou le louer. J’ai récemment loué un aspirateur hydraulique pour nettoyer un canapé. Ça ne sert à rien d’en acheter un qu’on utilise une fois tous les deux ans. Besoin d’une échelle? Demandez à votre voisin.e!

– Envie de nouvelles fringues? Réunissez vos ami.e.s pour faire des échanges. Des pièces encore en bon état croupissent dans chaque penderie, elles feront sûrement le bonheur de quelqu’un de votre entourage.

– On prend soin de ses affaires pour qu’elles durent plus longtemps.

– Vous avez des enfants? Inscrivez les à la ludothèque de votre commune ou organisez des trocs entre bambins. C’est un bon moyen de les sensibiliser à l’écologie. Virginie nous en parlait dans cet article plein de bon sens:

JEUX & LIVRES: NE PLUS ÊTRE POSSÉDÉS PAR LA POSSESSION

N°4 Supprimer les objets à usage unique et le plastique

On a fait plusieurs articles sur ce thème, en voici quelques uns:

LES ALTERNATIVES AUX ÉPONGES SYNTHÉTIQUES

6 ALTERNATIVES AUX RASOIRS JETABLES

DÉCO: LES ALTERNATIVES AUX BALLONS

16 TRUCS POUR RÉDUIRE SES DÉCHETS (VOL.1)

10 TRUCS POUR RÉDUIRE SES DÉCHETS (VOL.2)

COMMENT ÉLIMINER LES BOUTEILLES EN P.E.T.

– On favorise la vente en vrac, c’est pas forcément plus cher qu’en grande surface.

– On passe aux cosmétiques solides (savons, shampoings, déos, dentifrices…)

– On s’équipe d’une gourde pour économiser des centaines de bouteilles en PET par année.

– On filtre son eau grâce à un charbon binchotan, si nécessaire.

– On trimballe toujours un sac en toile avec soi, pour éviter les sacs en plastique.

– On refuse les gobelets et pailles en plastique dans les restaurants et au travail, on en parle avec la ou le responsable pour l’inciter à choisir une alternative durable.

– On prend ses contenants pour aller faire ses achats, même pour le take-away, etc etc.

– On évite le plus possible les supermarchés

– On s’abonne a un panier de légumes bio local et de saison (avec les voisins, en famille, au travail, avec les colocs pour réduire les coûts et se simplifier la vie)

– Supprimer le plastique, c’est aussi faire très attention aux tissus. Le plastique est partout! Polyester, nylon, viscose et j’en passe sont archi-présent dans les vêtements, les canapés, matelas, chiffons en microfibres, draps de lits etc. N’oubliez pas que chaque lavage laisse échapper des nuées de filaments de plastique microscopique qui partent directement dans notre environnement. Privilégiez les matières naturelles au maximum.

 

N°5 S’impliquer dans la vie associative de sa ville, de son village, de son quartier

Rejoignez un mouvement! Que ce soit politique ou une association et faites bouger les choses à votre échelle! Si vous avez un peu de temps à consacrer à l’environnement, à la cause animale ou à la société en générale, les bénévoles sont toujours les bienvenu.e.s!

Si vous habitez en Suisse, on a toujours besoin de bénévole chez En Vert Et Contre Tout pour soutenir nos projets Papaille et Bye Balloon! N’hésitez pas à nous contacter.

 

N° 6 Se mettre au minimalisme

Phénomène tendance depuis quelques temps, le minimalisme est un style de vie qui séduit de plus en plus d’énergumènes aux consciences qui s’éveillent. Nathalie nous expliquait de quoi il retourne dans cet article:

MINIMALISME: MAXIMUM BIEN-ÊTRE AVEC LE STRICT MINIMUM!

N° 7 on sensibilise son entourage EN DOUCEUR!

Rien de sert de braquer les gens en les forçant. Il faut y aller graduellement. Profitez des anniversaires et fêtes de famille pour leur offrir un objet qui les initiera au zéro déchet, comme des cotons démaquillants lavable, une gourde, un livre, un cahier de recette que vous aurez recopiées à la main.

N’hésitez pas non plus à partager nos articles! Sur En Vert Et Contre Tout, on est bénévole, on ne touche pas un rond, mais on a la motivation de changer les choses. Notre salaire ce sont vos likes et vos partages! Merci pour votre soutien!

 

N° 8 On change de moteur de recherche

Plutôt que Google, utilisez Ecosia ou Lilo, vous choisissez! C’est le moyen le plus simple, gratuit et honnête de changer les choses, même si récemment, des campagnes de décrédibilisation injustifiée ont été menées contre ces moteurs.

N° 9 Boycotter l’huile de palme

Car l’huile de palme n’est pas durable, peu importe ce que les industriels prétendent avec leurs labels usurpés. Le Jeune Engagé nous en parlait dans cet article:

L’HUILE DE PALME DURABLE N’EXISTE PAS!

– De manière générale, évitez les plats cuisinés, les biscuits, chocolats industriels, qui en contiennent presque à tous les coups.

– On ne tombe pas dans le piège du « bio carburant » et on se renseigne pour savoir avec quoi il est fait. Comme exemple, Total fait scandale avec son bio carburant à l’huile de palme, soyez vigilant.e si vous devez faire le plein!

N°10 Utiliser des app pour s’aider à consommer durablement

Les outils ne manquent pas pour nous aider dans la transition. Et si les technologies de la communications, les smartphones et tablettes consomment énormément d’énergie, elles peuvent également être des outils formidables.

Pensez à installer i-boycott pour vous aider dans la jungle des marques.

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire il y a l’app Too Good To Go France et Too Good To Go Suisse.

Vous pouvez également installer le guide du WWF pour connaitre fruits et légumes de saison, trouver des recettes et avoir plein de conseils pour consommer durablement tout au long de l’année.

 

Voici quelques pistes pour réduire notre impact au quotidien. Il y en a d’autres évidemment, et à force, elles s’imposeront naturellement à vous. À nouveau, il n’est pas question de tout faire en même temps, mais d’essayer de faire un geste. Si l’effort est trop grand, on ne renonce pas, on adapte! Chaque geste compte.

Je vous souhaite bonne chance dans votre quête. À bientôt!

Leïla Rölli