FRANCE: 500 PERSONNALITÉS APPELLENT AU « LUNDI VERT »

Un manifeste encourage à bannir viande et poisson tous les lundis de 2019.

Mercredi 2 janvier 2019, 500 scientifiques, artistes, sportif-ve-s, politiques, actrices et acteurs  du changement ont lancé un appel pour un « lundi vert », s’engageant à ne consommer ni viande ni poisson le lundi durant toute l’année 2019 et encourageant les citoyens à en faire de même.

Pour convaincre, le manifeste, signé par Pierre Rhabi, Cécile de France ou encore Luc Ferry, pointe les conséquences désastreuses de l’élevage intensif et de la surpêche sur notre environnement, et dénonce la souffrance animale et les risques de cancers liés à la consommation de viande rouge et charcuterie (OMS).

« Il existe aujourd’hui des raisons impératives de diminuer collectivement notre consommation de chair animale en France. Nous pensons que chaque personne peut faire un pas significatif dans ce sens pour l’un ou l’autre des motifs suivants : la sauvegarde de la planète, la santé des personnes, le respect de la vie animale. Nous nous engageons à titre personnel à remplacer la viande et le poisson chaque lundi (ou à aller plus loin dans ce sens). »
Vous pourrez accéder au texte dans son intégralité en cliquant >>ICI<<.

Défi doublé d’une étude scientifique

La plateforme lundi-vert.fr permet à tout un chacun de s’engager symboliquement et d’apporter sa pierre à l’édifice en participant à une vaste recherche sur le changement alimentaire menée par des chercheurs du CNRS, de l’INRA et de plusieurs universités françaises. N’ayez crainte, la démarche est assez simple, il s’agit de répondre à un petit questionnaire (en 4 minutes maximum c’est réglé). Les intéressé.e.s pourront, s’ils/elles le désirent, s’inscrire à une newsletter, par mail, sms ou les deux, et ainsi recevoir régulièrement des recettes végétales équilibrées et des encouragements.

Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale à l’Université de Grenoble Alpes et directeur de la Maison des sciences de l’Homme, à l’initiative du mouvement, espère que 50 000 à 500 000 personnes participeront.

À savoir que ce projet s’inscrit dans la dynamique internationale du « Meatless Monday » initié à l’École de Santé Publique Johns Hopkins de Baltimore (USA) en 2003, et est actuellement suivi dans une quarantaine de pays dans le monde. Notons que le « lundi-vert » bannit également poissons et crustacé de son régime.

Pourquoi y participer?

Contrairement à des défis plus strictes, comme « le mois végane«  en novembre ou « Veganuary«  en janvier, le « lundi vert » est à la portée de toute personne ayant un semblant de motivation…même un tout petit peu. Œufs et produits laitiers n’étant pas exclus du régime, les participants ne devraient pas rencontrer trop de difficultés pour éviter les produits carnés tous les lundis durant 12 mois. Seul obstacle potentiel, si la cantine d’entreprise s’obstine à emmailloter ses haricots dans du lard et refuse de vous servir un plat végétarien, il conviendra d’anticiper en se préparant son repas le dimanche soir.
Autre argument en faveur du « lundi vert », en vous engageant à ne plus manger de viande le lundi, sur le papier, vous économisez en moyenne 54,85 kilos de CO2 et près de 25 000 litres d’eau par année. En postulant qu’un demi million de personnes feront de même, on devrait enregistrer une baisse de la demande globale et obtenir de véritables résultats.

Pour aller un peu plus loin

– Comme d’hab, on privilégie les denrées locales, bio et de saison… manger de l’avocat mexicain tous les lundis serait un poil contreproductif.

– On s’approvisionne dans les commerces indépendants, au marché (ou via un panier de légumes locaux) et en direct chez les petits producteurs.

– On se motive entre amis, collègues, colocs ou en famille.

– On en parle autour de soi pour que l’idée fasse des petits.

– Ce défi est également un premier pas vers une alimentation plus saine, plus respectueuse de l’environnement et de la vie animale. Il ne tiendra qu’à vous d’étendre les jours graduellement et/ou d’ôter d’autres produits d’origine animale au fil des semaines.

 

Leïla Rölli