LE RETOUR DE LA PÊCHE COMMERCIALE DE BALEINES PAR LE JAPON EST UNE BONNE NOUVELLE

Le Jeune Engagé nous explique pourquoi

Le Jeune Engagé, c’est Johan Reboul. Il est étudiant, végétarien, allergique à l’huile de palme et amateur de voyages. Régulièrement, il prend la parole sur En Vert Et Contre Tout pour parler d’écologie positive et nous présenter quelques pépites durables chinées aux quatre coins de notre planète bleue.

LE RETOUR DE LA PÊCHE COMMERCIALE

DE BALEINES PAR LE JAPON

EST UNE BONNE NOUVELLE

Oui, vous avez bien lu le titre. Le Japon a annoncé mercredi 26 décembre 2018 son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI) dans le but de reprendre la pêche commerciale dès juillet prochain. Contrairement à ce que beaucoup de journaux ont évoqué, cette sortie serait une avancée dans la protection des océans. Ces affirmations sont défendues par l’ONG Sea Shepherd, une association qui navigue sur les océans pour s’opposer directement à ceux qui ne respectent pas les lois internationales, c’est à dire les pirates des océans. De ce fait, pourquoi l’annonce d’un retour à la chasse commerciale de la baleine par le Japon est-elle une bonne nouvelle?

Avant tout, il est évident qu’une ouverture de la chasse d’un mammifère protégé n’est pas une très bonne nouvelle.

Cependant, il est important d’analyser les conséquences de cette décision. En effet, il faut comprendre, dans un premier temps, que le Japon n’a jamais arrêté de chasser la baleine. Depuis plusieurs années, le pays se cachait derrière la recherche scientifique pour chasser plusieurs centaines de baleines par an. (333 baleines tuées « pour la recherche » en hiver 2015-16)

Le Japon utilise une faille dans le moratoire de 1986, qui autorise cette pratique uniquement à but scientifique. Rapidement, la cour internationale de justice a jugé cette pratique comme frauduleuse. De plus, le Japon a été forcé de dépenser des millions de dollars en frais de renforcement de sécurité, après que l’ONG Sea Shepherd se soit opposée directement aux bateaux nippons dans l’Océan Austral.

Ces évènements ont donc forcé le Japon a arrêter la « pêche scientifique » et à assumer cette vraie « pêche commerciale ». Et ce petit changement de catégorie signifie beaucoup de choses.

Désormais, la pêche à la baleine par les japonais se réduit aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive du pays. Une très bonne nouvelle pour l’Océan Austral qui va pouvoir devenir un vrai sanctuaire pour les baleines.

La décision japonaise, bien qu’elle apparaisse comme arrogante vis à vis de la communauté internationale, réduit grandement son champs d’action, et toute violation du droit international pourra être mieux appréhendée. Le Japon rejoint l’Islande et la Norvège dans les derniers chasseurs de baleines. Si ces pays décident de chasser dans l’hémisphère nord, ils seront considérés comme illégaux. Sea Shepherd continuera de se battre pour faire respecter le droit international.

Depuis 2002, Sea Shepherd à réussi à protéger plus de 6000 baleines face aux harpons japonais.

Le capitaine Paul Watson (Sea Shepherd) a déclaré: «Nous sommes ravis de voir la fin de la chasse à la baleine dans le sanctuaire de l’Océan Austral. Nous sommes ravis d’avoir bientôt un sanctuaire pour les baleines dans l’Atlantique Sud et nous espérons pouvoir continuer à nous opposer aux trois derniers pays pirates de la chasse à la baleine que sont la Norvège, le Japon et l’Islande. La chasse à la baleine en tant qu’industrie «légale» a pris fin. Il ne reste plus qu’à éponger les pirates.

 

« Le Jeune Engagé » Johan Reboul

Envie de découvrir l’univers du « Jeune Engagé »? Vite! Allez faire un tour sur son site:

www.lejeuneengage.com

Sources :
globenewswire.com
Déclaration du Capitaine Paul Watson de Sea Shepherd
Le Monde