RUSSIE: LIBÉRATION DE 100 ORQUES & BÉLUGAS DE « LA PRISON POUR BALEINES » APRÈS UNE VAGUE DE CONTESTATIONS

La bonne nouvelle du Jeune Engagé

Le Jeune Engagé, c’est Johan Reboul. Il est étudiant, végétarien, allergique à l’huile de palme et amateur de voyages. Régulièrement, il prend la parole sur En Vert Et Contre Tout pour parler d’écologie positive et nous présenter quelques pépites durables chinées aux quatre coins de notre planète bleue.

LA PRISON POUR BALEINES

La Russie n’est pas à sa première polémique concernant la captivité des mammifères marins. Le pays est bien connu pour ses captures dans le but de remplir ses parcs marins ou de les vendre à la Chine. Pourtant, la nouvelle polémique est cette fois-ci bien différente. Depuis juillet dernier, plus de 90 bélugas et 10 orques sont retenus captifs dans des petits enclos dans la baie proche de la ville de Nakhodka en Russie. Ces enclos ne sont pas adaptés pour des séjours de longue durée. Plus les jours passent, plus l’espérance de vie de ces mammifères diminue.

Depuis les dernières semaines, des personnalités telles que Leonardo DiCaprio ou encore Pamela Anderson ont tenté d’alerter l’opinion publique sur cette maltraitance animale passée sous silence. Il s’agit du plus grand nombre de mammifères marins retenus captifs au même endroit. Cette captivité résulte d’un processus d’achat par la Chine pour ouvrir ses parcs marins. Une seule baleine peut être vendue à plus de 6 millions de dollars. La Russie est l’un des derniers pays à capturer des cétacés après que les États-Unis aient arrêté dans les années 1970. Toutefois, la captivité des cétacés n’est autorisée que pour des recherches scientifiques ou éducatives. La Russie retient donc ces animaux en toute illégalité.

Grâce à la mobilisation internationale, et une pétition sur Change.org qui a dépassé le million de signatures, le gouvernement russe a ordonné la libération de tous les cétacés. Le ministre de l’environnement russe assure que les animaux seront libérés mais que cela doit se faire de la bonne manière. Les activistes de la protection animale dénoncent les conditions déplorables des captifs dans cette « prison » et que les entreprises détenant les animaux tentent de gagner du temps.

La mobilisation ne doit pas faiblir tant que ces êtres sont toujours enfermés. La captivité des cétacés représentent aujourd’hui un business juteux pour les parcs marins. Il est important de se rappeler que ces mammifères ne sont pas faits pour vivre dans des piscines à jouer avec des ballons. Que ce soit SeaWorld, Marineland ou Parc Asterix, ces parcs doivent cesser de faire du profit sur la maltraitance des cétacés.

Pour signer la pétition contre la prison des baleines en Russie

Pour signer la pétition PeTA pour mettre fin à la captivité des cétacés en France

Sources

 Le Jeune Engagé » Johan Reboul

Envie de découvrir l’univers du « Jeune Engagé »? Vite! Allez faire un tour sur son site:

www.lejeuneengage.com