Livre: « Vous êtes fous d’avaler ça ! » de Christophe Brusset

La chronique littéraire de Camille Bourquin

Camille est la preuve vivante qu’on peut avoir un quotidien très prenant sans pour autant faire exploser son bilan carbone. Entre ses (très) nombreuses activités, Camille a repris le flambeau de Lausanne en Vrac et nous fait le plaisir de partager un peu de son univers sur « En Vert Et Contre Tout » . Lectrice compulsive, elle nous suggère quelques livres verts!

« Vous êtes fous d’avaler ça ! »

de Christophe Brusset

4ème de couverture

« Matières premières avariées, marchandises trafiquées, contrôles d’hygiène contournés, Christophe Brusset dénonce les multiples dérives dont il est, depuis vingt ans, le complice ou le témoin dans les coulisses de l’industrie agroalimentaire. À 44 ans, cet ingénieur de haut niveau devenu dirigeant au sein de groupes internationaux a décidé de « faire son devoir » et de briser la loi du silence.

Piment indien rempli de crottes de souris, thé vert de Chine bourré de pesticides, faux safran marocain, viande de cheval transformée en bœuf, confiture de fraises sans fraises, origan coupé aux feuilles d’olivier : les arnaques qu’il révèle son nombreuses, mais ses conseils rassemblés dans son « guide de survie en magasin » devraient vous permettre d’en déjouer la plupart. »

L’auteur

Christophe Brusset se dit lui-même « être un repenti de l’industrie agro-alimentaire », en effet, avant d’écrire son livre, l’auteur était trader alimentaire et a contribué à fabriquer des produits trompeurs et de mauvaise qualité, jusqu’au jour où il n’a plus pu fermer les yeux. Il a alors démissionné pour écrire un livre dénonciateur « Vous êtes fous d’avaler ça ! ».

Mon avis

Je ne vais pas y aller par 4 chemins, « Vous êtes fous d’avaler ça ! » est un livre à lire absolument! Je me doutais qu’il y avait anguille sous roche derrière les belles promesses marketing des produits fabriqués par l’industrie agroalimentaire mais j’étais loin de me douter de l’ampleur du problème! Je pensais qu’il s’agissait juste d’un peu trop de sel et de sucre caché, j’ai ri jaune croyez-moi! Ce livre a vraiment été un coup de boost dans ma prise de conscience et ma motivation à sortir de ce système de consommation.

Le prologue, écrit par l’auteur, dénonce la situation générale de l’agroalimentaire et la pression du monde capitaliste sur les procédés de fabrication et appelle les consommateurs à être responsables, à choisir en connaissance de cause et à se battre pour exiger la qualité et la transparence.


Le livre est raconté à la première personne avec beaucoup de dialogues et une pointe d’ironie. On en rigolerait presque! L’écriture est facile et légère, l’auteur raconte en toute simplicité ses propres expériences et les situations qu’il a vécues. Je vous assure que, parfois, vous aurez du mal à croire que cela puisse être vrai! Je me suis surprise à me demander si je devais rire ou pleurer.

Les chapitres sont courts et n’ont pas forcément de lien entre eux, chacun traite d’un sujet en particulier. Vous pouvez aisément sauter d’un chapitre à l’autre dans le désordre ou poser le livre 3 semaines sans que vous ne perdiez le fil.

Le guide de survie en supermarché est moins intéressant à mon goût. Parce qu’il s’agit d’un livre français (j’habite Lausanne) et tout ne s’applique pas à la Suisse, ensuite parce que lorsque vous aurez lu le livre, vous n’achèterez plus rien d’industriel et vous boycotterez les supermarchés (ahah) !

Moments choisis

Pour vous mettre l’eau à la bouche (ou presque), je propose de vous parler d’un ou deux passages qui m’ont marquée :

En faire tout un frauxmage !

En Suisse comme en France (nationalité de l’auteur), nous sommes de gros consommateurs de fromages et attachés à notre tradition fromagère.  Dans ce chapitre Christophe Brusset raconte comment de faux fromages arrivent dans les bacs des supermarchés. Comment ça, les produits préparés ne sont pas à base de fromage? C’est pourtant marqué sur la boite non ? Ben non voyons, le fromage, c’est bien trop cher !

Comment faire ? Facile ! Remplaçons le fromage d’appellation, type Gruyère, par un « fromage » reconstitué ! Il contiendra très peu de vrai gruyère, juste assez pour pouvoir marquer « gruyère » sur le paquet ! Le fromage est remplacé par des ingrédients moins cher et devinez lequel entre autres ? … l’eau ! On ne fait pas moins cher.

Grâce à des mélanges savants de produits chimiques pour la plupart, acide citrique, citrate de sodium, polyphosphate, orthophosphate etc., vous obtenez un mélange qui fait l’affaire et qui trompe le consommateur.

Christophe Brusset explique également comment les industriels jouent sur le fait que le consommateur perde de plus en plus le vrai gout des choses à cause … de ce qu’ils proposent ! L’auteur démontre comment la manipulation par l’image peut également influencer notre gout : La photo sur l’emballage d’un bon gros morceau de gruyère suffira à vous convaincre que le produit en contient vraiment. On se joue de nous, je vous le dis !

Je ne vais pas détailler ici la suite du chapitre qui parle du détournement des appellations « fromage » qui permet alors carrément supprimer totalement le vrai fromage et ainsi proposer des gratins au cantal sans cantal, des raviolis au gruyère sans gruyère et j’en passe !

Piquante histoire de fèces

Cette histoire est ma préférée, elle relate du manque de sérieux de certains vendeurs, surtout lorsque la marchandise provient de pays ou l’hygiène et la culture de qualité sont parfois peu regardantes.

Imaginez Christophe se rendant au bureau un matin, son boss lui annonce alors qu’ils ont un problème avec un lot de piment en provenance d’Inde. Il lui tend alors une dizaine de grosses graines noires et allongées. Christophe s’étonne et demande la nature du produit en question. « C’est pas des graines, c’est des crottes », lui répond alors son boss.

Des crottes ? Oui vous m’avez bien lue ! 100 tonnes de piments ont été retrouvés remplis de crottes de souris et de rats, mélangés avec autant de poils et ponctués de quelques cadavres. 80’000 euros à la poubelle !

Une catastrophe me direz-vous ? Pas pour l’équipe de Christophe Brusset. Sous la pression de sa hiérarchie, qui ne peut admettre de devoir JETER, 100 tonnes de piments déjà achetées, il doit trouver une solution. Les assurances ? Elles n’ont rien voulu savoir car c’est à la compagnie de vérifier la qualité des clients avec lesquels ils traitent. D’autant qu’il n’y avait pas eu de problème lors du transport, ni d’accident. Assuré contre les accidents mais pas contre l’escroquerie…

Le boss ne voulant pas perdre toute la marchandise lui rappelle alors qu’il a droit à 0.5% de matières étrangères ! Après concertation, il a été décidé qu’il fallait décontaminer grâce à un procédé thermique et … tout broyer pour en faire du piment en poudre. Si si … Le lot a encore été mélangé avec un autre lot de piment pour descendre en dessous des 0.5% de matières étrangères et hop dans votre supermarché ! Miam !

Ça vous donne envie non ?

On y parle encore des tomates, de la viande aux additifs, de la triche sur le poids du produit, de la confiture de fraises sans fraises et toutes les autres arnaques des industriels pour nous vendre leurs produits avec la plus grande marge pour eux !

« Vous êtes fous d’avaler ça » est dégoutant, révoltant mais indispensable pour nous convaincre une bonne fois pour toute de prendre notre alimentation en main et protéger notre famille et notre planète !

Bon appétit !

Camille Bourquin

Titre : Vous êtes fous d’avaler ça !
Auteur : Christophe Brusset
Edition : J’ai lu
Date de parution : 18/07/2017
Version numérique : Oui
Bibliothèque : Disponible à la bibliothèque de Lausanne.
Où l’acheter à Lausanne ? Vous le trouverez bien sûr chez Payot, mais essayez de privilégier les librairies indépendantes!

 

Retrouvez les conseils zéro déchet de Camille sur:

Lausanne En Vrac