La révision de la Loi sur la chasse, finalement on vote sur quoi le 27 septembre?

Pour mieux comprendre les enjeux réels de cette révision inacceptable qui met en péril la biodiversité déjà sur le déclin en Suisse

Le 27 septembre en Suisse, on vote sur 5 sujets tous plus importants les uns que les autres.

Un de ces objets porte sur la révision de la La loi sur la Chasse, ou de son nom complet Loi fédérale sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages, combattue par un référendum lancé par la gauche et les associations de défense de l’environnement.

Mais pourquoi cette révision est-elle si importante?

Eh bien car elle transforme une loi qui devrait être une loi réglementant la chasse tout en préservant l’environnement et les espèces sauvages qui y évoluent en un texte que l’on peut tout bonnement qualifier de loi d’abattage.

Une loi d’abattage

Le terme de « régulation » est employé à outrance par les soutiens à la révision. Or, cette dernière n’aura comme conséquence qu’une dérégulation crasse de l’écosystème.

En effet, chaque individu a sa place et son rôle dans l’écosystème. Ainsi, par exemple, les grands prédateurs que sont les loups ou les lynx chassent les ongulés qui mettent à mal les forêts du fait de leur grand nombre, les castors créent des abris pour le développement d’une partie de la faune, etc.

De fausses promesses

Dans la brochure de votation, le Conseil fédéral dépeint cette révision comme nécessaire, utile et non-dommageable pour la biodiversité. A ce titre, il est notamment mentionné qu’une dizaine d’espèces de canards a été retirée de la liste des espèces chassables. Toutefois, plusieurs de ces espèces n’ont jamais même été observées en Suisse et les autres ne représentent que 2% de tous les canards chassés chaque année.

Les autorités font passer ce changement comme extrêmement bienvenu et positif, ceci alors qu’il ne représente en réalité qu’un petit sucre pour faire passer la pilule et cacher la triste réalité qu’engendre cette révision :

  • Le principe du tir préventif qui fait qu’il n’y aura plus besoin que des dégâts soient formellement constatés pour qu’un individu puisse être abattu. Les cantons auront une marge de manoeuvre énorme et destructrice dont certains se serviront allégrement, contre le loup notamment… En témoignent les récents scandales de tirs de bouquetins et de lynx

 

  • La possibilité pour le Conseil fédéral d’étendre la liste des espèces « régulables » sans que le Parlement ou le peuple ne puisse se prononcer. Des espèces telles que le lynx, le castor, le héron cendré ou la loutre seraient ainsi menacées.

 

  • Des pratiques barbares telle que la chasse au terrier n’ont pas été supprimées, ceci alors qu’il est grand temps d’y mettre fin.

 

  • Plusieurs espèces qu’il est urgent de protéger, comme l’est par exemple le lièvre brun ou la bécasse des bois n’ont aucunement été intégrées dans la liste des espèces protégées.

Cette révision s’avère ainsi totalement inefficace et inacceptable!

Il est nécessaire de réaliser que ce référendum ne se veut pas anti-chasse, mais simplement en faveur d’une préservation de la biodiversité et de mesures préventives moins incisives plutôt que de tirs « préventifs » brutaux et irréfléchis.

Préserver la biodiversité en renvoyant la loi au Parlement

Dire NON le 27 septembre à cette révision insensée de la Loi sur la Chasse, c’est permettre au nouveau Parlement plus vert, jeune et progressiste de se pencher dessus et d’améliorer nettement son contenu, notamment en interdisant certaines pratiques barbares, et bien entendu, en assurant une protection digne de ce nom aux espèces sur liste rouge!

Pour le bien des futures générations et du vivant, il est ainsi plus que jamais venu le temps de réapprendre à vivre avec les espèces qui nous entourent et de cesser d’agir brutalement à leur encontre. Nous sommes celles et ceux qui nous sommes étendus sur leur territoire, et non le contraire.

Pour que le Parlement puisse proposer une loi qui préserve la biodiversité plutôt que de continuer à la mettre à mal, il faut donc que nous disions NON à cette révision inacceptable et honteuse !

N’hésitez vraiment pas à faire passer le mot au sujet de cet objet. Il est urgemment nécessaire que la population soit correctement informée à son sujet et donc au fait que cette révision ne sera d’aucune aide à la préservation des espèces, bien au contraire…

Pour plus d’informations, c’est par ici!

Cloé Dutoit