LA RUCHE QUI DIT OUI!

Le bon goût s'invente près de chez vous!

Depuis 2011, la Ruche qui dit Oui ! expérimente le circuit court 2.0. Une initiative qui emprunte les voies du web, de la consommation collaborative, de l’économie sociale et solidaire et de la vie de quartier.

Découverte de la Ruche de Bâle, installée à la Markthalle

Tous les jeudis en fin de journée, dans la salle du marché de Bâle, a lieu la distribution des produits locaux de la première Ruche de Suisse. C’est l’heure de la Ruche qui dit Oui!, une nouvelle forme de vente directe qui organise via le web des marchés éphémères. Légumes, fromages, pain, viande… en quelques minutes, le marché s’organise. Les producteurs, tous à moins de 40 kilomètres du marché, apportent leurs victuailles fermières. Et de 18h à 20h c’est le grand bal des participants qui viennent récupérer leur commande prépayée sur le net.

Traçabilité, convivialité et gourmandises

Manger local, l’idée fait son chemin partout en Suisse et les produits locaux ont le vent en poupe, les consommateurs sont à la recherche de qualité, de proximité et de simplicité ! Ça tombe bien, la Ruche qui dit Oui ! Offre à la fois traçabilité, convivialité et liberté. Non seulement, elle resserre les liens entre ceux qui mangent et ceux qui produisent mais en plus elle reconnecte les participants à la terre. Question souplesse et liberté, on n’a pas trouvé mieux. L’inscription est gratuite et sans engagement !

« Les participants d’une ruche ont 5 jours pour faire leurs courses sur le site, explique Marc-David Choukroun, fondateur de l’entreprise. Ils se retrouvent ensuite physiquement le jour de la distribution dans un café, une salle des fêtes, un musée, une école.. Bien implantées dans les quartiers, les ruches permettent non seulement apprécier le bon goût fermier mais aussi de créer du lien et de la convivialité.»

Terminée la corvée de courses!

On se retrouve ainsi toutes les semaines entre voisins pour inventer une nouvelle façon de consommer.

«Chaque semaine on enregistre de nouvelles demandes d’ouverture de ruches, explique Fanny, chargée d’accompagner les nouveaux porteurs de projet en Suisse Romande. Être responsable de ruche, c’est avoir un pied dans les champs et une main sur le clavier. Il faut savoir aussi bien dialoguer avec les producteurs qu’animer toute une communauté locale de membres. Quand on aime la bonne bouffe, le contact, le terroir et que l’on souhaite proposer une nouvelle façon de consommer, c’est une activité complémentaire idéale.»

En effet, le système de la Ruche rémunère l’animateur. Sur chaque produit vendu, 100% revient au producteur, qui reverse 10% au Responsable de Ruche pour son travail d’animation et de coordination et 10% à La Ruche qui dit Oui, principalement pour financer le site web.

Si l’envie de devenir “Responsable de Ruche” vous titille, vous pouvez contacter La Ruche qui dit oui via leur site web ruchequiditoui.ch ou écrire à fanny@ruchequiditoui.ch . Elle vous répondra avec enthousiasme.

Alors, prêt à butiner ?

Un article rédigé par La Ruche qui dit Oui!