Voter sur les multinationales responsables? Késako?

Le 29 novembre en Suisse, on vote à nouveau sur deux sujets extrêmement importants!

Vous n’avez pas pu louper la déferlante de drapeaux oranges qui s’abat sur la Suisse depuis plus d’une année déjà. C’est là le fruit de la campagne extrêmement bien ficelée des initiants de l’initiative « Pour des multinationales responsables« .

La votation aura lieu le 29 novembre prochain et le sujet a réussi à occuper l’espace public des mois durant, sans amener l’électorat à saturation.

Plus beau encore, la campagne ne se veut pas uniquement portée par la gauche et les ONG de défense des droits humains et pour la protection de l’environnement. Un comité « bourgeois » a été composé, dont les affiches dans les tons bleus détonnent avec l’orange pétant des autres, mais se veulent peut-être « rassurantes » pour les partisans de droite qui seraient encore indécis.

Les soutiens à l’initiative sont étonnants, tant divers et variés ils sont. Notons par exemple Dick Marty, ancien Conseiller aux Etats PLR, co-président du comité d’initiative ; de nombreuses Eglises à travers la Suisse ; l’UDC Valais Romand ; et bien d’autres.

L’initiative se veut en outre apartisane, raison pour laquelle elle parvient à ratisser si large.

 

La campagne c’est bien beau, mais finalement en quoi cette initiative consiste?

Avant tout, vous trouverez son texte juste ici, qui consiste en une modification de l’art. 101a de la Constitution suisse, quant à la responsabilité des entreprises.

Le but de cette modification est de faire en sorte que les multinationales ayant leur siège en Suisse puissent être tenues responsables d’éventuelles violations des droits humains et des normes environnementales internationales ; en cas de violation, une victime ou un groupe de victimes pourra entamer une procédure devant les Tribunaux suisses, ceci afin d’engager la responsabilité de la maison mère ayant son siège en Suisse.

En effet, la Suisse abrite énormément de multinationales, actives dans l’extraction de matières premières, dans l’agro-alimentaire et autres. Or, la majorité de leurs agissements n’a pas lieu en Suisse, mais à l’étranger, plus particulièrement dans des pays au sein desquels la justice et les autorités sont parfois corrompues et les droits humains et environnementaux ainsi facilement bafoués…

 

Certain.e.s opposant.e.s osent avancer le fait que cette initiative fait preuve de paternalisme et a des relents de paternalisme (certains ont même tenu ces propos vêtus d’un boubou..). A celles et ceux-ci, il est absolument nécessaire d’indiquer que cette initiative n’a aucunement le but de permettre à la suite l’exploitation d’autres territoires, bien au contraire! Simplement, les lois suisses pourront s’appliquer aux activités des filiales des multinationales ayant leur siège en Suisse et les victimes pourront faire valoir leurs éventuels dommages auprès des tribunaux suisses.

La présente initiative n’a ainsi aucunement le but de favoriser les intérêts de la Suisse, bien au contraire, mais de responsabiliser les pratiques des multinationales qui se croient tout permis afin de faire en sorte qu’elles aient toutes intérêt à agir de manière éthique.

 

Un contre-projet alibi

Le Conseil fédéral et la majorité de droite du Parlement ont lancé un contre-projet qui, s’il passe, ne changera absolument rien à la problématique, puisqu’il n’exige que la rédaction d’un rapport par ces entreprises, sur la manière dont elles agissent pour le respect des droits humains et des normes environnementales. Rien de contraignant donc et rien qui ne permettra d’assurer le respect des droits les plus fondamentaux sur le terrain.

Nous vivons dans un pays qui exploite allègrement les ressources et les habitant.e.s d’autres pays. Il est donc temps d’agir de manière responsable et que les multinationales soient contraintes à respecter les principes les plus fondamentaux sans pouvoir se cacher derrière la mondialisation et l’externalisation.

 

Votons donc OUI le 29 novembre prochain!

Outre les multinationales responsables, le 29 novembre, les citoyen.ne.s suisses voteront également sur une autre initiative lancée par le GSSA et les Jeunes Vert.e.s : L’initiative « Contre le commerce de guerre« . Un article vous sera également proposé tout prochainement!

N’oubliez dans tous les cas pas de voter et faire voter OUI en novembre à ces deux initiatives qui se battent finalement pour la même chose : Un monde plus juste pour toutes et tous.

Cloé Dutoit

PS : Ne manquez pas de regarder ce petit film documentaire et de le partager autour de vous!